Retour

« On découvre que nulle part, on est à l’abri », disent des Québécois à Barcelone

Des citoyens de la région de Québec ont vu l'horreur de près à Barcelone, jeudi. Ils témoignent de l'atmosphère de terreur qui règne dans la ville après l'attentat qui a secoué la capitale catalane en Espagne.

L'entrepreneur originaire de Québec Charles Mordret se trouvait à quelques minutes du lieu de l’attentat quand il s’est produit.

« J’ai eu la chance de tomber sur un café qui était encore ouvert. De temps à autre, je vois passer des policiers passer en trombe », a-t-il raconté à Catherine Lachaussée au micro de Radio-Canada cet après-midi.

Comme plusieurs, Charles Mordret n’imaginait pas que Barcelone soit frappé par une attaque. « On est tous un peu ébahis. Barcelone, l’Espagne en général, les gens se sentaient un peu à l’abri de ce qui se passait en Europe. »

« On découvre que nulle part, on est à l’abri », ajoute-t-il.

Malheureux hasard, M. Mordret était également à Istanbul lors des attentats survenus en 2016. « Ça me suit, malheureusement. »

Un autre résident de Québec en vacances dans la capitale catalane s'est dit profondément touché par « cette violence qui vient de frapper ».

Même si Jean Rousseau n'était pas tout près au moment du drame, il a tout compris en essayant de rentrer à l'appartement où il est hébergé.

« On a été accompagné par des policiers jusqu’à notre logement, puis on sent que la ville n’est plus la même », décrit-il.

« Il y avait du bruit, c’était la fête. Là, on entend des hélicoptères nous survoler, les autopatrouilles. Le Gótico (quartier gothique), qui reçoit énormément de touristes, c’est mort ce soir. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine