Retour

Opposition à l'exploitation d'une carrière à Saint-Tite-des-Caps

Une quarantaine de citoyens de Saint-Tite-des-Caps, accompagnés de leur maire, ont manifesté lundi leur opposition à l'exploitation d'une carrière située à deux pas du Sentier des Caps, un site fréquenté par plus de 200 000 randonneurs depuis sa création il y a 20 ans.

« Il y a 150 kilomètres de sentiers ici, dans le secteur. Ça veut dire qu'il y a du monde qui circule partout. Ça n'a aucun sens, je suis inquiet pour la sécurité des randonneurs », affirme Winston Kelso, le fondateur du sentier.

Les manifestants ont tenté d'empêcher l'entreprise Jacques Dufour d'effectuer un premier dynamitage sur le site. La compagnie a dû faire appel à la Sûreté du Québec pour réussir à les déloger.

« Nous autres, on respecte les règlements du ministère. On a eu un bail, on a eu un certificat d'autorisation. Si on n'avait pas respecté les règlements, on n'aurait pas eu de bail », a fait valoir l'un des ingénieurs de l'entreprise, Pierre-Luc Poisson.

« Ça n'a pas d'allure! »

Pour les opposants, il est inconcevable qu'un certificat d'exploitation pour une carrière à cet endroit ait été accordé par le ministère des Ressources naturelles.

« On a investi dans le Sentiers des Caps 4 millions depuis 20 ans. Ça fait 20 ans que ça existe, puis là, eux autres ont eu un bail d'exploitation d'une carrière jusqu'à 70 mètres de profond. Ça n'a pas d'allure! », s'insurge le maire Magella Pichette.

Même s'ils n'ont pas réussi à empêcher le dynamitage, les opposants promettent de continuer à exercer de la pression pour que cessent les activités de la carrière.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine