Retour

Ouverture du Centre Vidéotron : des usagers de Lauberivière n'ont pas été payés

Radio-Canada a appris que des usagers de la Maison de Lauberivière qui ont travaillé comme préposés aux stationnements dans la foulée de l'ouverture du Centre Vidéotron n'ont toujours pas été payés.

D'après des informations de Yannick Bergeron

La compagnie Les Constructions nouvelles, à la source de nombreuses plaintes similaires le mois dernier, est impliquée une fois de plus.

Un ex-usager de la Maison de Lauberivière, un refuge qui vient en aide aux personnes en difficulté, nous a confié sous le couvert de l'anonymat qu'il n'avait jamais été payé pour la dizaine d'heures travaillées.

Selon lui, l'entrepreneur Patrick Tremblay a recruté plusieurs personnes à Lauberivière en septembre dernier. Certaines personnes ont travaillé plusieurs jours.

Situation dénoncée

La direction du refuge est bien au fait de la situation. Selon David Charest, coordonnateur des communications, il n'est pas rare que des employeurs se tournent vers Lauberivière pour embaucher de la main-d'œuvre temporaire.

Habituellement, ces expériences de travail ont un impact positif sur les usagers. « Dans ce cas-ci, c'était exceptionnellement mauvais », laisse-t-il tomber.

Selon lui, l'entrepreneur Patrick Tremblay « a vu une opportunité de s'attaquer à des gens vulnérables et c'est très très dommage ».

Les Constructions nouvelles se défendent

Joint sur son cellulaire, le propriétaire de l'entreprise, Patrick Tremblay, a d'abord assuré que tous les employés avaient été payés.

En fin d'après-midi, il a plutôt déclaré être en contact avec la Maison de Lauberivière afin de régulariser la situation.

La Commission des normes du travail a ouvert une enquête. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine