Retour

Partenariat transpacifique : les inquiétudes des fermes laitières se concrétisent

Des producteurs de lait québécois s'inquiètent grandement d'apprendre que le Canada se préparerait à ouvrir sa frontière à davantage de produits laitiers américains, sans que les États-Unis offrent un accès réciproque aux producteurs du pays.

Les négociateurs en chef de 12 pays, dont le Canada, sont réunis à Atlanta jusqu'à mercredi pour tenter de conclure un accord de Partenariat transpacifique, qui vise à créer une zone de libre-échange de presque tous les biens et services entre les pays concernés.

Selon ce qu'a appris CBC, le Canada serait prêt à accepter beaucoup plus de lait, de beurre, de fromage, de yogourt et autres produits laitiers provenant des États-Unis. Le pays offrirait une part de « 9 % à 10 % » de son marché aux produits laitiers aux Américains.

Bruno Letendre, président de la Fédération des producteurs de lait du Québec, se dit extrêmement inquiet. « C'est 10 % de la consommation, tous produits confondus », lance-t-il.

« On en donne déjà deux fois plus que les Américains. Les Américains importent environ 2 % ce qu'ils consomment [comme produits laitiers], et nous autres, on est à près de 10 % déjà. On n'a pas à en donner plus », ajoute Bruno Letendre.

Un modèle menacé?

Denis Paquet, qui exploite une ferme laitière familiale à Sainte-Croix, dans Lotbinière, est également préoccupé par les concessions que le gouvernement fédéral s'apprêterait à faire dans le cadre des négociations sur le Partenariat transpacifique.

Avec une plus grande ouverture du marché canadien, c'est le modèle même des petites fermes laitières qui est menacé, estime M. Paquet.

Ce dernier ajoute que les fermes laitières québécoises, qu'on compte par centaines, sont déjà fragiles en raison des coûts de production, qui sont plus élevés au Québec, notamment en raison du climat. Le fait d'ouvrir les frontières à davantage de lait américain pourrait être fatal.

« C'est très inquiétant, parce qu'ici, au Québec, on a des normes environnementales à respecter. La température n'est pas toujours clémente, la saison de la végétation est courte. Alors, c'est dur de compétitionner avec les autres pays », dit-il.

Maxime Bernier, qui avait tenté la semaine dernière de rassurer l'industrie laitière en affirmant que tout nouveau traité de libre-échange signé par le Canada dans le cadre du Partenariat transpacifique protégerait l'industrie laitière, a réagi en fin d'après-midi.

Qualifiant de « tout à fait faux » le fait que le Canada consente à faire d'importantes concessions dans le cadre du Partenariat transpacifique, le candidat conservateur a fait savoir que le gouvernement conservateur reste déterminé à défendre le système de gestion de l'offre.

« Le premier ministre Stephen Harper a bien fait comprendre qu'il signera uniquement un accord qui est dans le meilleur intérêt du Canada », a tenu à rappeler Maxime Bernier.

Plus d'articles

Commentaires