Retour

Pas encore d’étude sur la qualité de l’air en Basse-Ville

L'étude promise en 2015 par la Ville de Québec sur la qualité de l'air en Basse-Ville dans la foulée des épisodes de poussière émanant du Port de Québec n'est toujours pas réalisée.

Un texte de Cathy Senay

En novembre 2015, le maire Régis Labeaume avait annoncé une étude de 440 000 $ sur la qualité de l’air extérieur en Basse-Ville et d’autres facteurs environnementaux tels que le bruit.

« Dans deux ans, on connaîtra la vérité », avait-il affirmé en marge d’une séance du conseil municipal, faisant valoir que les citoyens de Limoilou, depuis au moins deux décennies, « souhaitent connaître la vérité sur la qualité de l’air qu’ils respirent ».

Le financement annoncé alors devait permettre de lancer l’étude immédiatement. Or, le maire Labeaume a admis lui-même lundi que cette étude, qui devait se dérouler sur une période de deux ans, n’est pas entamée.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale confirme que l'entente finale entre la Ville et la Direction de santé publique sur le projet de recherche Limoilou, mon environnement, ma santé, volet qualité de l'air extérieur, n'est toujours pas signée.

Étude bientôt démarrée?

Le maire assure toutefois que l’étude s’amorcera bientôt.

« On va démarrer notre étude sur l’environnement en Basse-Ville. On aura des réponses avec une étude pas mal objective sur la qualité de l’air dans Limoilou. Alors, on fait tout ce qu’il y a à faire », a-t-il déclaré.

Régis Labeaume a fait cette annonce alors qu’il répondait à des questions sur le mémoire que la Ville de Québec a déposé dans le cadre des consultations publiques de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale sur le projet d’agrandissement du Port de Québec. Le maire en a profité pour décocher une flèche aux opposants du projet Beauport 2020.

« Il y aura toujours des opposants, c’est inévitable. […] Il faudrait que les opposants arrivent avec des preuves pour soutenir leurs dires. Mais tout le monde n’a pas cette obligation nécessairement. »

Consultation publique terminée

Plusieurs centaines de citoyens ont participé aux séances de consultation publique de l’Agence canadienne sur l’étude d’impact environnemental du projet d’agrandissement du port de Québec.

Plusieurs organismes ont déposé un mémoire.

C’est le cas de Nature Québec, d’Initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec, l’Association des kitesurfers et des véliplanchistes de Québec et d’Accès Saint-Laurent Beauport.

Tous s’interrogent sur les intentions réelles du Port avec son projet Beauport 2020.

Ces groupes questionnent aussi le fait que les futurs clients ne soient toujours pas connus. Ils entretiennent également des craintes liées aux émanations de poussières, même si l’administration portuaire garantit la mise sous couvert.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine