Retour

Pas question d'accueillir plus de réfugiés, prévient le maire Labeaume

Le maire Régis Labeaume n'a pas l'intention d'accueillir à Québec deux fois plus de réfugiés que prévu, comme le souhaite le gouvernement Couillard. Le maire demande aussi au fédéral de privilégier l'arrivée d'orphelins et de familles.

La ministre québécoise de l'Immigration, Kathleen Weil, a demandé à la Ville de recevoir de 1000 à 1400 Syriens, au lieu des quelque 500 à 800 que l'administration Labeaume se dit en mesure d'accueillir.

Le maire est catégorique et a fait parvenir une fin de non-recevoir au gouvernement. « J'ai écrit à la ministre pour lui dire, c'est 125 à 200 familles, parce qu'on sait où on s'en va, on connaît la capacité d'absorption de réfugiés », tranche Régis Labeaume.

Le maire déplore l'improvisation du gouvernement. « Ça m'inquiète de savoir qu'on nous demande d'en prendre plus, alors que nous autres on est très organisés, on a tout calculé nos affaires », plaide-t-il.

En fin de journée, le cabinet de la ministre a fait savoir que le gouvernement allait respecter la volonté de la Ville. 

La province de Québec doit accueillir environ 5700 réfugiés, alors que le gouvernement Couillard avait signifié sa volonté d'en accueillir plutôt 2000 de moins.

Labeaume privilégie des orphelins

Mardi matin, le maire de Québec a reçu un coup de fil du ministre fédéral de l'Immigration, John McCallum, au lendemain de sa déclaration demandant une pause dans le processus d'accueil de réfugiés syriens au pays. Régis Labeaume en a profité pour lui signifier son « souhait » d'accueillir à Québec des réfugiés orphelins.

« Si j'avais le choix, moi, comme maire de Québec, c'est ce que je prendrais. [...] J'ai lancé une ligne, on ne sait jamais », dit-il, qualifiant néanmoins sa demande de « quasiment utopique ».

Régis Labeaume dit souhaiter recevoir des enfants pour se sentir « plus utile », et non uniquement par souci de sécurité.

Les familles de réfugiés demeurent également en tête de liste des préférences de la Ville parce qu'elles font « moins peur au monde que des gars de 20 ans frustrés ». Quant aux célibataires, il n'en voudrait « pas trop », a-t-il mentionné au ministre McCallum.

Le chef de l'opposition à l'hôtel de ville, Paul Shoiry, a dénoncé ces commentaires du maire. Il estime qu'une attitude sélective n'a pas sa place dans une telle situation. « Il faut s'en remettre au gouvernent canadien, il faut se montrer ouvert, il faut être généreux », dit-il.

C'est le ministre fédéral lui-même qui a appelé le maire  de Québec mardi matin. « Je lui ai dit de ne pas hésiter à prendre son temps. Il dit qu'il considérait mon point de vue très sérieusement et qu'il voulait bien faire les choses », rapporte Régis Labeaume.

Le maire Labeaume n'a pas voulu préciser si le gouvernement Trudeau envisage, comme il le souhaite, de repousser l'échéance fixée à la fin décembre pour l'accueil de 25 000 réfugiés au Canada. Il rencontrera le ministre McCallum au cours des prochains jours.

Plus d'articles

Commentaires