Victime d'un grave accident de vélo à la fin mai, le chef de l'opposition à l'Hôtel de Ville de Québec, Paul Shoiry, est de retour au travail ce matin.

M. Shoiry était en congé forcé depuis plus de deux semaines. Même si sa jambe gauche n'est toujours pas pleinement fonctionnelle, il se dit prêt à reprendre ses fonctions. Le chef de Démocratie Québec suit toujours des traitements de physiothérapie pour retrouver la forme.

« Les médecins m'ont dit que j'avais été très chanceux dans ma malchance. Je n'ai aucune fracture. Mon casque m'a protégé la tête », raconte-t-il.

Paul Shoiry a été frappé par une voiture sur le chemin Saint-Louis à l'angle de la route de l'Église, le 26 mai. L'automobiliste s'est engagé dans le stationnement du Provigo sans le voir. Il a été projeté par-dessus le véhicule avant d'atterrir durement sur l'asphalte.

« Il faut prendre conscience qu'on est toujours vulnérables sur la route », souligne-t-il. Paul Shoiry croit que les mesures sur la sécurité à vélo contenues dans le projet de loi 100 « vont combler un vide. » Une distance minimale devra être respectée lors des dépassements et les sanctions liées à l'emportiérage sont renforcées.

M. Shoiry insiste surtout sur l'importance de sensibiliser les cyclistes et automobilistes à cohabiter de façon sécuritaire sur la route. Grand amateur de vélo, le politicien admet qu'il lui faudra encore un peu de temps avant de renouer avec ce sport.

« Je vais sûrement en refaire d'ici la fin de l'été. Je vais recommencer, mais probablement sur une piste cyclable où on est bien protégé avant d'aller sur la route. Je pense que c'est un apprentissage qu'il faut faire. »

Concernant les dossiers sur la scène municipale qui ont attiré son attention durant sa convalescence, Paul Shoiry entend étudier attentivement le projet de loi qui accorde un statut de capitale nationale à Québec. Il s'inquiète, entre autres, de l'abolition des référendums sur les projets immobiliers, « une erreur majeure », selon lui.

Quant au règlement souhaité par le maire Labeaume pour interdire les pitbulls à Québec, Paul Shoiry est « tout à fait en accord » avec cette position.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine