Retour

Peine de Lise Thibault : la Cour d’appel met la cause en délibéré

Les avocats de la défense et de la poursuite ont fait entendre leurs arguments ce matin, en Cour d'appel, dans l'espoir de faire modifier la peine imposée à l'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault.

La défense a utilisé les 30 minutes qui lui étaient accordées. La Couronne n'a plaidé que 10 minutes.

L'avocat de Lise Thibault, Me Marc Labelle, a tenté de convaincre la cour de permettre à sa cliente de purger dans la communauté les 18 mois de prison qui lui ont été imposés pour ses fraudes.

Me Marc Labelle estime que le juge au procès, Carol St-Cyr, a mis trop d'accent sur la dissuasion lors de l'imposition de la peine. Il reproche au juge St-Cyr d'avoir décidé, dès le départ, que les crimes de Lise Thibault méritaient de la prison.

Selon la défense, le juge aurait ainsi écarté la possibilité que la femme de 76 ans puisse purger sa peine dans la société.

« Quand on lit son jugement, presque pour les deux tiers, on a l'impression qu'il va accorder un sursis, mais à la fin, il dira qu'à cause de l'aspect dissuasif que doit comporter sa sentence, il donne une peine d'emprisonnement ordinaire et on pense qu'il s'est mal dirigé en faisant ça. »

À l'inverse, la Couronne souhaite que la cour impose une peine plus sévère à Lise Thibault, qui occupait une position de confiance. La poursuite réclame quatre ans de prison au nom de l'exemplarité, de la dissuasion générale et du respect des institutions gouvernementales et de leur crédibilité.

Les trois juges de la Cour d'appel ont mis la cause en délibéré.

Lise Thibault, qui est en liberté sous conditions en attendant que la Cour d'appel tranche, n'était pas présente au palais de justice de Québec.

D'après les informations de Yannick Bergeron

Plus d'articles