Philippe Marquis est retourné jeudi sur les pistes pour la première fois depuis qu'il a été victime d'une rupture du ligament croisé antérieur il y a une dizaine de jours à la Coupe du monde de ski acrobatique de Deer Valley.

Marquis est engagé dans une course contre la montre afin d'être rétabli à temps pour les Jeux olympiques de Pyeongchang, qui seraient les deuxièmes de sa carrière. À Sotchi, en 2014, il avait terminé neuvième.

Doyen de l'équipe canadienne à 28 ans, Marquis a skié sur le plat et légèrement dans les bosses à la station de ski de Mont-Tremblant, sans toutefois tenter le moindre saut.

Afin d'éviter d'aggraver sa blessure, il a indiqué qu'il portait maintenant une attelle ainsi que des bandages au genou.

En dépit de ces précautions, le bosseur de Québec a admis ressentir encore une certaine douleur à l'effort. Il a toutefois assuré que son rêve de participer aux Jeux, à compter du 9 février, était « plus vivant que jamais ».

Marquis, qui ne participera pas à la dernière épreuve de la Coupe du monde de ski acrobatique avant les Jeux, ce week-end à Mont-Tremblant, vise un retour à la compétition en Corée du Sud.

Il occupe le 17e rang du classement général en bosses avec une récolte de 98 points jusqu'ici cette saison.

Marquis se retrouve donc dans une situation similaire à celle du prolifique skieur québécois Erik Guay.

Plus tôt cette semaine, Guay a annoncé qu'il ne participera pas aux deux dernières épreuves de la Coupe du monde de ski alpin avant les Jeux en raison de ses douleurs chroniques au dos. Le vétéran de 36 ans s'absentera donc des épreuves de vitesse ce week-end à Kitzbühel, en Autriche, et de celles de Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne, le week-end suivant.

Ski acro Canada dévoilera son équipe olympique lundi prochain.

Plus d'articles