Retour

Pitbulls : le maire Labeaume ouvert à des assouplissements

Le maire de Québec se dit prêt à discuter de mesures transitoires concernant le règlement sur l'interdiction de pitbulls sur le territoire de Québec.

Régis Labeaume a défendu lundi le règlement qui exige notamment que les propriétaires de chiens pitbulls s'en départissent d'ici le 1er janvier 2017.

Le maire se dit ouvert à des assouplissements pour les propriétaires, mais affirme vouloir des garanties qu'il n'y aura « plus de cas comme Christiane Vadnais [une femme de Montréal] morte déchiquetée par un pitbull ».

Le maire compte sur la politique provinciale qui devrait être dévoilée au cours de l'automne pour tenir « de vrais débats ». 

« À la Ville de Québec, on a décidé d'avoir une position ferme pour avoir de vrais débats, pour faire pression sur le gouvernement du Québec et s'assurer que toutes les questions soient développées. [...]. Le moment venu, si on fait les bonnes discussions, si on se dit les vraies affaires, on s'ajustera. »

Le maire de Québec affirme néanmoins que bannir les pitbulls est une question de sécurité publique. « Je pense encore que les humains passent avant les animaux », dit-il.

Position stratégique

Le maire se dit par ailleurs conscient que le règlement de la Ville de Québec risque d'être contesté devant les tribunaux. Il soutient toutefois que la position de Québec est stratégique et qu'en adoptant un règlement sévère, la Ville maximise les chances que les décisions judiciaires demeurent également fermes à l'endroit des chiens dangereux.

« Si on part souple, on va devenir encore plus souple. Si on part ferme, on devrait trouver un milieu qui a du bon sens », soutient-il.

La position de la Ville de Québec adoptée la semaine dernière a soulevé le mécontentement de propriétaires. Certains demandent des mesures transitoires pour les chiens vivant déjà sur le territoire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine