De nombreux automobilistes ne s'arrêtent pas aux passages piétonniers comme ils sont tenus de le faire. Des citoyens demandent au gouvernement d'en faire plus pour sensibiliser les usagers de la route.

Selon le Code de la sécurité routière, un conducteur doit immobiliser son véhicule pour permettre aux piétons de traverser.

Jean-Philippe Morin travaille près de l'Espace 400e, dans le Vieux Port de Québec. Il remarque tous les jours qu'ils sont peu nombreux à respecter cette obligation.

« On a un passage piéton bien indiqué, puis chaque matin quand je vais prendre mon café, je traverse et je constate que les gens me klaxonnent, accélèrent », se désole-t-il.

Priorité aux piétons

Selon le Code de la sécurité routière, si une personne s'engage dans une traversée piétonne, elle a la priorité.

« Malheureusement, c'est très très peu respecté par les automobilistes, malgré plusieurs initiatives de la Société d'assurance automobile pour faire de la formation, pour montrer, pour enseigner aux gens, leur rappeler cette règle toute simple », indique Étienne Grandmont, directeur général d'Accès transports viables.

Mais la ville de Québec n'a pas l'apanage des conducteurs fautifs, croit M. Grandmont qui parle d'un non-respect généralisé de la signalisation partout au Québec.

« Je pense que c'est une question d'éducation, parce que les gens à qui j'ai posé la question m'ont dit : "ce n'est pas que je ne le vois pas, c'est que je ne le sais pas" », insiste Jean-Philippe Morin.

Une amende, mais pas de point d'inaptitude

Si le conducteur ne s'arrête pas et qu'il se fait prendre, il est passible d'une amende de 100 à 200 dollars. Toutefois, les fautifs n'accumulent pas de point d'inaptitude.

Selon le dernier bilan de la SAAQ, 63 piétons sont décédés en 2016, une hausse de 40 % par rapport à 2015.

Avec les informations de Fanny Samson

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine