Retour

Plaintes contre des élus : Régis Labeaume défend l'indépendance des policiers

Régis Labeaume assure que les policiers de Québec ne communiquent pas avec les chefs des partis politiques lorsqu'un de leurs élus ou de leurs employés fait l'objet d'une enquête.

« C'est une question d'intégrité du système. Je veux être très clair. Moi, je suis maire de la Ville de Québec et je dis que le Service de police de la Ville de Québec n'informe pas les chefs de partis dans n'importe quelle situation », a déclaré M. Labeaume, mercredi soir, en marge d'une activité de financement de son parti.

Le maire de Québec a tenu à faire cette précision après que le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, eut affirmé que la Sûreté du Québec avait déjà communiqué avec un de ses prédécesseurs pour l'aviser qu'un membre de son équipe était visé par une plainte.

M. Lisée avait été étonné d'apprendre que le premier ministre et chef du Parti libéral, Philippe Couillard, n'avait pas été informé qu'une plainte pour agression sexuelle avait été déposée à l'endroit de Gerry Sklavounos.

Le député de Laurier-Dorion, qui a été exclu du caucus libéral la semaine dernière, clame son innocence. Dans une entrevue accordée au Journal de Montréal, il a promis de se battre pour blanchir sa réputation.

Rassurer la population

Régis Labeaume a indiqué que sa sortie ne visait pas à répliquer aux propos de Jean-François Lisée, mais à rassurer les citoyens sur l'indépendance des policiers.

« Je veux rassurer la population ici parce que si la population pense que la police donne des informations qu'elle ne doit pas donner à d'autres personnes que celles qui sont strictement concernées, ce n'est pas une bonne idée. Alors, on ne fait pas ça », a insisté le maire.

« Je veux le dire [pour] que les gens se sentent bien là-dedans, qu'ils sachent que le système est intègre puis qu'on ne change pas les règles », a-t-il ajouté.

Plus d'articles