Retour

Plaqués dangereux au football universitaire : la décision du RSEQ attendue vendredi

Deux plaqués réalisés par des joueurs de l'équipe de football du Rouge et Or de l'Université Laval font présentement l'objet d'une révision par le commissaire de la Ligue de football universitaire du Québec.

Benoit Doloreux, lui-même un ancien joueur universitaire, devra déterminer si les plaqués de Kevin McGee et de Gabriel Ouellet méritent des sanctions.

« Notre commissaire devrait rendre sa décision vendredi matin, affirme Gustave Roel, président directeur général du Réseau du sport étudiant du Québec. Il prendra la décision seul après avoir consulté plusieurs intervenants du milieu. Il peut prendre le temps qu’il veut, mais on aimerait beaucoup qu’il rende ses décisions avant les matchs de la fin de semaine. »

Les deux joueurs sont visés par une requête des Stingers de Concordia qui affirment que les plaqués visaient la tête de deux de leurs joueurs en position vulnérable, ce qui mettait leur sécurité en péril. Lors des deux jeux, les arbitres n’ont pas décerné de pénalité.

Au troisième quart du match de dimanche, remporté 12-8 par l’Université Laval, Gabriel Ouellet a durement frappé le quart-arrière Trenton Miller qui courrait avec le ballon. Miller a dû quitter le match quelques jeux plus tard.

Puis en fin de quatrième quart, Kevin McGee s’est projeté pour plaquer le receveur James Tyrell. Encore là, les arbitres n’ont pas sévi sur le terrain.

VIDÉO PLAQUÉ

Le commissaire appuiera ses verdicts sur l’analyse de toutes les bandes vidéo disponibles, sur l’avis du superviseur des arbitres et sur les dépositions des deux universités responsables de livrer les versions des joueurs impliqués.

Jeudi, lors du point de presse hebdomadaire de l’équipe de football du Rouge et Or, le joueur de ligne défensive Edward Godin n’a pas voulu se prononcer lorsqu’on lui a demandé si les coups à la tête devaient être sanctionnés.

Dans une vidéo publiée sur son compte Facebook mercredi, le quart des Stingers Trenton Miller avait quant à lui livré un cri du cœur pour éliminer les coups à la tête au football.

Des arbitres faiblement rémunérés

Est-ce que les arbitres des matchs de football universitaire québécois sont à la hauteur du calibre de jeu? La question se pose depuis quelques saisons dans les sphères du football provincial.

« Le niveau de jeu a énormément progressé depuis quelques années, explique Gustave Roel. On cherche des solutions pour que les officiels suivent l’évolution du football. Les arbitres partagent notre réflexion. »

La rémunération déficiente pourrait être une piste à étudier. Pour un match de football universitaire, les arbitres reçoivent une compensation d’environ 100 $.

Cette somme inclut les frais de déplacement.

Plus d'articles

Commentaires