Retour

« Plastic Attack » : des citoyens en croisade contre le suremballage

Pour sa première activité organisée à Québec, le mouvement « Plastic attack » invitait samedi les clients d'un supermarché de l'avenue Myrand à se départir d'emballages superflus de leurs paniers d'épicerie.

Ainsi, une fois avoir passé la caisse, les clients ont dégainé leurs ciseaux pour libérer leurs achats d’emballages inutiles.

« À la fin de la journée, c’est de créer un visuel fort et puissant pour réaliser à quel point la politique du suremballage est importante », indique Gabrielle Young-Giguère, une des organisatrices du mouvement Plastic attack de Québec.

À Québec, c’est à l’épicerie Provigo de l’avenue Myrand qui accueillait l’activité. Le propriétaire du supermarché, Stéphane Thomassin, n'a pas hésité à permettre aux participants de l'attaque de plastique de tenir leur activité dans son supermarché.

« Ça arrive déjà que des clients nous demandent des choses comme : "est-ce que c'est possible de désemballer mon poulet pour le mettre dans un plat". Pour l'instant, on ne peut pas, mais si 80 % de la clientèle le demande, ça être [différent] et on va faire des interventions auprès du MAPAQ », soutient-il.

L’opération de sensibilisation, qui vise à dénoncer l'utilisation disproportionnée de plastique se tenait simultanément samedi dans des dizaines de villes dans la monde qui participent au mouvement né en Grande-Bretagne en mars.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Légalisation du cannabis: 6 choses essentielles à savoir