Retour

Pluie d'accusations pour un présumé agresseur sexuel

Pas moins de 78 chefs d'accusation pour des sévices sexuels et corporels sont portés contre un Beauceron de 61 ans concernant une douzaine de présumées victimes.

Un texte de Yannick Bergeron

Les accusations ont été déposées contre le présumé agresseur Jean-Marie Rodrigue, ce matin, au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce  .

L'homme a d'abord comparu lundi concernant un seul plaignant après avoir été arrêté le 7 novembre au Nouveau-Brunswick, où il vivait sous une nouvelle identité.

L'enquête a cependant permis de porter des accusations pour des gestes qui auraient été posés dans les années 80 et 90, principalement. Au total, le dossier compte 13 plaignants, autant de sexe masculin que féminin.

Il y a, parmi les accusations déposées contre Jean-Marie Rodrigue, des agressions sexuelles, des voies de fait armées causant des lésions, des menaces de mort. Dans certains cas, les accusations précisent que l'homme aurait utilisé une arme à feu au moment des gestes reprochés.

Les présumées victimes étaient âgées de moins de 10 ans lors de certaines agressions alléguées. Plusieurs se tenaient la main dans la salle d'audience lorsque le sexagénaire a été amené devant le tribunal.

Après avoir évité de regarder vers l'audience, il a jeté un long regard sévère en direction des plaignants avant de baisser la tête et de sangloter.

L'accusé doit revenir en cour vendredi prochain pour connaître la date de son enquête sur remise en liberté.

Jean-Marie Rodrigue vivait maintenant à Burnt Church, au Nouveau-Brunswick, où il se faisait appeler Mikhael Cohen. Sur les réseaux sociaux, il se décrit comme un artiste sculpteur, poète et auteur.

Plus d'articles

Commentaires