Québec bonifie les services de garde éducatifs à l'enfance en octroyant 40 millions de dollars pour améliorer les services offerts aux tout-petits.

Le ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport et ministre de la Famille, Sébastien Proulx, en a fait l'annonce ce matin. La moitié de ce montant s’additionne aux 20 millions promis lors du dépôt du budget 2017-2018.

Les principales sommes allouées serviront à bonifier les heures destinées à la préparation des repas (10 millions) et améliorer la qualité des services par une meilleure formation du personnel (9 millions).

Une somme d’environ 4 millions de dollars servira aussi à faciliter une meilleure transition des jeunes enfants à la vie scolaire.

« J’ai constaté que ce sont des réseaux qui ne se parlent pas toujours. Donc, on veut bien arrimer ces différents services, explique le ministre. Il s’offre des activités comme des rencontres avec les écoles, mais ça prend des sous pour soutenir ces activités. »

L'investissement permettra aussi d'aider les enfants ayant des besoins particuliers. Près de 9 millions de dollars serviront notamment à favoriser leur intégration. Les enfants handicapés ainsi que ceux vivant dans des milieux défavorisés bénéficieront d’un meilleur encadrement, selon le ministre Proulx.

« Il y aura possibilité d’avoir de la formation supplémentaire, ajoute M. Proux. C’est un pas dans la bonne direction et on tend vers la capacité à intégrer tous les enfants, peu importe leur type de difficulté. »

Investissements insuffisants

Bien qu’elle soit satisfaite de l’annonce, la vice-présidente de l’Association québécoise des centres de la petite enfance (CPE), Gina Gasparini, estime que les investissements demeurent insuffisants, surtout pour les jeunes ayant des besoins particuliers.

« Est-ce suffisant? Non. Nous sommes contents de voir un réinvestissement pour les enfants handicapés. Mais la somme que l’on reçoit par enfant [handicapé] n’est pas assez, déplore-t-elle. On reçoit 39 $ par jour, par enfant, mais quand l’enfant doit être accompagné à temps plein, ça ne couvre pas le salaire d’une éducatrice 8 heures par jour ».

Mme Gasparini pense qu'il y a encore du rattrapage à faire pour combler le retard provoqué par les compressions de 2015 qui ont fait mal aux garderies.

Travaux d’infrastructures

Des travaux d’infrastructures dans les établissements pourront aussi être réalisés à l’aide d’une somme de 1,5 million de dollars annoncée par le ministre Proulx.

Un appel de projets sera lancé pour des travaux de moins de 50 000 $. Des réfections de toiture, installations de rampe d’accès pour personnes handicapées, par exemple, pourraient bénéficier de ces sommes.

Avec les informations de Pascale Lacombe

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine