Davantage de policiers de Québec seront munis d'un pistolet à décharge électrique, communément appelé arme Taser. La police de Québec va former une soixantaine de patrouilleurs à compter de décembre prochain. Ils seront en fonction au début de 2017.

Déjà, l'appareil est disponible sur le terrain 24 heures sur 24, mais « il y aura une bonification du nombre », annonce le capitaine Pascal Roy du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Sans dévoiler de chiffres précis pour « des raisons de stratégie », il mentionne néanmoins que le service de police sera doté 33 appareils Taser destinés à la surveillance du territoire d'ici la fin de l'année. Ce chiffre ne comprend pas ceux des groupes d'intervention spécialisés.

Ainsi, ce sera environ près d'un patrouilleur sur quatre qui aura un pistolet Taser en 2017.

Pour l'instant, une quarantaine de sergents de patrouille peuvent asséner des décharges électriques.

« En formant des patrouilleurs sur l'appareil, on raccourcit les délais d'intervention pour que notre arme à impulsion électrique soit présente sur les lieux au moment où ça compte, lorsqu'on en a besoin », précise M. Roy.

Le Service de police a décidé d'accroître le déploiement de l'arme en raison des résultats positifs du projet pilote lancé en 2015. Le capitaine Roy affirme que l'utilisation du pistolet électrique entraîne « moins d'altercations » et « moins d'implications physiques tant des citoyens que des policiers ».

Le policier soulève l'exemple de l'intervention auprès d'un homme violent à Charlesbourg lundi soir. Le suspect armé d'un couteau a pu être maîtrisé, sans le blesser gravement, a-t-il souligné.

Entre le 1er janvier et le 22 août dernier, l'arme a été utilisée 41 fois à Québec. Pour l'année 2015, les agents ont asséné des décharges électriques à 47 reprises.

Le Service de police utilise le pistolet Taser jaune de modèle X2 qui permet, selon M. Roy, de réduire l'escalade de la violence, dans certains cas, en raison de sa visibilité accrue.

Pour utiliser une arme à décharge électrique, les policiers doivent suivre une formation de 16 heures donnée par l'École nationale de police, et qui doit être renouvelée chaque année.

Les premiers pistolets à décharge électrique ont été acquis en 2001 par le SPVQ.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine