Retour

Plusieurs commerçants du Marché du Vieux-Port boudent le Grand Marché

Au moins une dizaine d'entrepreneurs de l'actuel Marché du Vieux-Port ont fait le choix de ne pas déménager leur commerce au Grand Marché, qui devrait ouvrir ses portes au printemps 2019, sur le site d'ExpoCité.

Un texte de Maxime Corneau

Radio-Canada a questionné 43 commerçants permanents et saisonniers au Marché du Vieux-Port, cette semaine, pour savoir s’ils ouvriront un commerce au Grand Marché.

Au total, 24 d’entre eux ont dit avoir décidé de déménager leur entreprise au Grand Marché, 9 n’étaient pas en mesure de confirmer et 10 ont fait le choix de ne pas intégrer le futur marché.

Pierre Gobeil est l’un de ceux qui ont choisi de ne pas faire partie du projet. Le propriétaire d’une savonnerie artisanale ne voyait pas comment il pouvait rentabiliser son commerce dans les futurs locaux situés dans le pavillon du commerce sur le site d’ExpoCité.

« Nous allons perdre une grosse partie des touristes. Plus que le trois quarts de la clientèle nous dit qu’ils ne suivront pas, donc on va aller perdre notre temps-là », déplore-t-il pour expliquer son choix.

La presque totalité des maraîchers rencontrés par Radio-Canada ont fait le choix de se lancer dans l’aventure du Grand Marché. Pierre Gobeil doute toutefois qu’ils trouveront la rentabilité qui leur a été promise par les promoteurs du projet.

« Même les fruits et légumes qui vont aller là, ils ont full compétition. Fruiterie 440, Maxi, Super C, Walmart, Le Frigo… ils sont tous dans le même coin. Je leur souhaite bonne chance. »

M. Gobeil ne sait toujours pas ce qu’il fera à la fermeture du Marché du Vieux-Port. Il cherche présentement des solutions de rechange pour maintenir son entreprise à flot.

Le Grand Marché presque complet

Le directeur général de la Coopérative des horticulteurs de Québec, Daniel Tremblay, ne voit pas le désistement de plusieurs commerçants comme une mauvaise nouvelle. Il rappelle qu’au moins 12 commerces permanents ont fait le choix de transférer leurs activités au futur marché.

« Les places sont de plus en plus rares […] C’est marginal les places qu’il reste », lance-t-il, questionné sur les emplacements toujours disponibles au Grand Marché.

Au total, plus de quarante commerces et kiosques permanents seront installés au Grand Marché de Québec, en plus des quelque 80 kiosques saisonniers.

M. Tremblay rappelle que la Coopérative des horticulteurs de Québec compte près de 70 membres, et que la majorité était en accord avec le projet de déménagement.

« On a fait les études qu’il fallait, on a fait les démarches qu’il fallait. Pour nous, c’est clair que c’est une opportunité pour se développer, autant pour la coopérative que pour l’ensemble de ses entreprises, ce qui n’était plus le cas sur place ici. »

Si tout se déroule selon les échéanciers, Daniel Tremblay prévoit l’ouverture du Grand Marché de Québec en mai 2019. Le projet nécessite l’investissement de près de 20 millions de dollars par la Ville de Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine