Retour

Pont de l’île d’Orléans : un PPP à l'étude

Le gouvernement du Québec n'écarte pas la possibilité d'un partenariat public-privé (PPP) pour la construction du futur pont de l'île d'Orléans. L'option d'un péage serait toutefois exclue.

Le 24 novembre, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a déposé un appel d’offres pour des services de conseillers spécialisés qui auraient à évaluer le mode de réalisation du futur pont, incluant le PPP.

Le préfet de la MRC de l'île d'Orléans, Jean-Pierre Turcotte, craint que cette nouvelle analyse retarde la construction du nouveau pont.

« On en parle depuis 2002. On est rendu en 2017 bientôt, et on en est toujours à l’étude […] On se fait remettre d’une année à l’autre, alors il vient un temps où on n’y croit plus ou moins », soutient-il.

De plus, M. Turcotte ne voit pas comment le pont de l'Île d'Orléans peut être rentable pour le privé s'il n'y a pas de péage. « Comme c’est un pont qui n’est pas à péage, quel avantage peut-il y avoir pour une entreprise privée? Je ne sais pas du tout », explique-t-il.

« Quand ils font un PPP, il y a une rentabilité pour l’entreprise privée. Là, il va y avoir l’entretien du pont à faire. Ce n’est pas économique pour l’entreprise qui s’implique », ajoute-t-il.

L’option d’un PPP avait toutefois été écartée en 2014 par le ministre des Transports de l’époque, Sylvain Gaudreault.

Lenteurs dénoncées

Le mois dernier, des insulaires avaient déploré les lenteurs dans le dossier du nouveau pont. L’ancien ministre des Transports, Robert Poëti, a annoncé le 10 décembre 2015 le remplacement du pont d'ici 2024.

Depuis ce temps, seul un avis d'intérêt a été lancé en mai sur l'inventaire archéologique. Construit au milieu des années 30, le pont de l’île d’Orléans arrive à la fin de sa vie utile et doit être remplacé par un pont à haubans.

Le pont fera partie des grandes infrastructures de 100 millions de dollars et plus.

Plus d'articles

Commentaires