Retour

Pont de Québec : le ministre Hamad attend l'engagement du fédéral

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, souhaite que le nouveau gouvernement libéral fédéral s'implique pour régler le dossier du pont de Québec.

Sam Hamad souligne que durant la campagne électorale, les candidats libéraux s'étaient engagés à réunir rapidement tous les intervenants afin de trouver des solutions pour le pont de Québec.

« On a un nouveau gouvernement, on va commencer un nouveau dialogue. Ils ont fait des promesses que j'espère qu'ils vont les honorer et on va travailler ensemble pour avoir un pont à la hauteur de la ville de Québec », dit le ministre Hamad.

Il souhaite que le nouveau gouvernement maintienne « ce que le gouvernement conservateur a promis et fasse l'effort avec le CN pour peinturer et trouver une solution viable. »

De son côté, le ministre québécois des Transports, Robert Poëti, refuse de parler de ses attentes face au nouveau gouvernement concernant le pont de Québec.

« Il est beaucoup trop tôt pour faire des hypothèses de perceptions ou de décisions tant et aussi longtemps que le gouvernement n'est pas formé. [...] Donc, nous allons attendre le ministre des Transports, j'ai les dossiers évidemment qui sont prêts et à ce moment, on va le rencontrer et discuter ».

Le gouvernement conservateur sortant, de même que le gouvernement provincial et les villes de Québec et de Lévis s'étaient engagés à investir 100 millions, dont 75 millions du fédéral, pour les travaux de peinture. Cette somme représenterait la moitié du coût total des travaux, pour une estimation des coûts à 200 millions de dollars.

Le Canadien National (CN), qui en est le propriétaire, refuse toujours d'allouer les sommes à la peinture du pont atteint par la rouille.

À lire aussi : 

Plus d'articles

Commentaires