Retour

Pont de Québec : « qu'on règle le problème », dit Régis Labeaume

Le maire de Québec veut que le gouvernement Trudeau respecte son engagement électoral de refaire la peinture du pont de Québec.

Régis Labeaume a réitéré sa demande, mardi matin, en marge d'une annonce du gouvernement fédéral pour la réalisation de la place des Canotiers, le long de la rue Dalhousie.

« Juin arrive. Aux élections, le gouvernement avait dit que si rien n'était réglé, il prendrait ses responsabilités, alors on s'attend à ce qu'il prenne ses responsabilités », dit le maire Régis Labeaume.

Le maire de Québec réagit ainsi aux révélations véhiculées dans les médias au cours de la fin de semaine selon lesquelles le gouvernement fédéral ne disposerait pas des moyens juridiques pour contraindre le Canadien National à repeindre le pont et renverrait maintenant la balle au gouvernement provincial et aux villes de Québec et de Lévis.

Une source a révélé au Journal de Québec que ces paliers de gouvernement devront décider si la peinture est un projet prioritaire dans la région pour que le fédéral considère ces travaux dans le programme d'infrastructures.

Or, le maire de Québec soutient que le pont de Québec devra être repeint sans que cela n'affecte d'autres projets que la région souhaite voir financer par les programmes d'infrastructures fédéraux.

« Il n'est pas question de rien abandonner parce qu'on prend la décision de peinturer le pont de Québec », dit-il.

Un travail « à faire en équipe »

De son côté, le ministre Jean-Yves Duclos, responsable de la région de Québec, affirme que le gouvernement fédéral travaille encore à trouver une solution avec l'ensemble des partenaires : le gouvernement du Québec, les villes de Lévis et Québec et le CN.

Le ministre Duclos admet que les informations véhiculées sur l'impossibilité de contraindre le CN correspondent à son interprétation du dossier.

« Mon interprétation, c'est celle qui circule dans le Journal de Québec et dans Le Soleil. Maintenant, c'est la mienne et comme je répète, et c'est très important, pour arriver à une meilleure issue, c'est un travail qu'on doit faire en équipe », dit-il.

Le gouvernement veut continuer de travailler et entend multiplier les rencontres dans le dossier d'ici la fin juin.

Le Canadien National, propriétaire du pont, refuse toujours d'assumer une part des coûts de la peinture du pont, des travaux évalués de 350 à 400 millions de dollars. En raison de ce refus, ces travaux devront vraisemblablement être financés par le public.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine