Les gouvernements fédéral et provincial octroient conjointement 22,7 millions de dollars au Réseau de transport de la capitale (RTC) pour l'achat de 32 midibus hybrides, des autobus de taille moyenne qui circuleront dès 2018 dans les quartiers centraux de Québec.

Québec versera 11,5 millions de dollars et Ottawa, 11,2 millions pour l'implantation des véhicules diesel-électriques qui remplaceront les écolobus du RTC, retirés de la circulation en janvier 2015. Les sommes du fédéral sont tirées de la redistribution des fonds générés par la taxe sur l'essence.

La Ville de Québec paiera 15 % des coûts liés à l'acquisition de 32 midibus, (24 prochainement avec une option d'achat pour 8 autres midibus). L'entreprise belge Van Hool a obtenu le contrat pour livrer les véhicules.

Le président du RTC, Rémy Normand, explique que c'est la seule entreprise qui répondait aux critères de l'appel d'offres.

« Les autres qui s'étaient pointées en demandant les documents d'appels d'offres ont trouvé que le devis était très détaillé et rigoureux et trop exigeant pour ce qu'eux étaient capables de produire dans les délais qu'on leur demandait. »

Les midibus hybrides d'une longueur de neuf mètres, plus petits que des autobus conventionnels, doivent prendre la relève dans les rues du Vieux-Québec, Montcalm et Saint-Roch. Le parcours 21, qui sillonne entre autres les rues du Vieux-Québec et la colline Parlementaire, sera entièrement desservi par des midibus.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, est d'avis que ce type de véhicule est idéal pour desservir le Vieux-Québec.

« On prend des produits qui correspondent mieux à ce qu'est le centre-ville. En termes de manoeuvrabilité, un gros autobus, c'est très compliqué au centre-ville. »

Les midibus devraient pouvoir transporter deux fois plus de passagers que les écolobus, soit environ 45 personnes.

Financement pour les abribus

Le gouvernement du Québec octroie par ailleurs au RTC près de 2 millions de dollars pour le remplacement et l'ajout de 126 abribus sur les parcours Métrobus 800 et 801.

L'aide financière versée par le ministère des Transports sert à moderniser ces infrastructures du transport collectif dont le concept remonte à 25 ans.

Le RTC fait valoir que les nouveaux abribus seront plus lumineux, plus esthétiques et conçus pour accueillir les bornes de Nomade temps réel, le système basé sur la géolocalisation des autobus pour tenir les usagers informés des déplacements des véhicules en temps réel.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine