Retour

Présidentielle américaine : une soirée riche en émotions à Québec

Le suspense s'est prolongé jusqu'à tard en soirée, mardi, à l'occasion de la soirée électorale américaine. Défiant de nombreux analystes, le candidat républicain Donald Trump a été élu 45e président des États-Unis devant une assemblée majoritairement en faveur d'Hillary Clinton à Québec.

Plus de 250 personnes passionnées de politique se sont réunies au bar L'Inox, sur la Grande Allée, pour assister à ce moment déterminant pour l'avenir des États-Unis pour les quatre prochaines années.

Ian White, un résident de New York en visite à Québec, n'en croyait pas ses yeux. « C'est vraiment grave. Je n'ai aucun ami qui a voté pour Trump. Hillary Clinton n'est pas une candidate fantastique, mais elle est le moindre de deux maux. [...] C'est déprimant de voir ce que ça veut dire pour l'avenir », s'est désolé le résident de cet État à forte majorité démocrate.

La présidente de l'aile jeunesse du Parti québécois, Ariane Cayer, voit de son côté un ras-le-bol de l'électorat américain devant ces résultats.

« Je pense qu'il va vraiment falloir écouter ces gens-là et se demander comment on peut répondre à ce besoin qu'ils ont de se faire entendre », a déclaré Ariane Cayer peu après que les médias aient officialisé la victoire de Donald Trump en Floride.

Plusieurs s'interrogeaient sur l'avenir des relations canado-américaines. « C'est inquiétant. On pense à ce qui va arriver pour le Canada, ça va être quoi pour les relations dans les dossiers comme le bois d'oeuvre, l'économie », a commenté un passionné de politique, Julien Desrosiers.

Devant une course aussi serrée, certains spectateurs, comme Marc Duperron, ont préféré continuer de croire à une victoire d'Hillary Clinton jusqu'à la toute fin de la soirée.

« Je suis encore un peu en déni en ce moment. On dirait que je n'ai pas encore accepté la réalité, mais tant que les médias ne l'ont pas déclaré officiellement, on va attendre », disait-il optimiste. Cette victoire a été confirmée tard dans la nuit.

Caroline du Nord, Floride, Iowa, Pennsylvanie : plusieurs États pivots ont basculé l'un après l'autre dans le camp de Donald Trump. Les médias ont prédit vers 22 h 40 la victoire des républicains en Ohio, l'État baromètre par excellence.

 Les républicains ont aussi fait des gains en territoire démocrate, leur soutirant le Wisconsin, qui n'avait pas voté républicain depuis 1984

Des députés derrière Clinton

Plusieurs députés provinciaux étaient présents au bar L'Inox au début de la soirée électorale. Alors que les votes commençaient à être dépouillés, tous les élus rencontrés se sont rangés derrière Hillary Clinton.

Le chef du Parti québécois, sans surprise, affichait une préférence marquée pour celle qui aurait pu devenir la première femme élue à la présidence des États-Unis.

« Je pensais avoir vu les pires campagnes électorales, raconte Jean-François Lisée. Non, chaque cycle c'est pire, mais les Américains réussissent toujours à nous surprendre. [...] Les Américains, ce sont les maîtres du suspense. »

Le député de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Bonnardel, a pour sa part déclaré : « Honnêtement, si M. Trump gagne ce soir, je ne comprends plus rien à la politique. » Ces commentaires ont été recueillis alors que les premiers résultats venaient alors tout juste de sortir et que l'issue de la soirée n'était pas encore connue.

Plus d'articles