Retour

Prévention du suicide : à quand une stratégie nationale ?

En cette 14e Journée mondiale de la prévention du suicide, l'Association québécoise de prévention du suicide plaide en faveur d'un programme national de prévention. 

Le Canada est le seul pays développé de l'OCDE à ne pas avoir mis en place de stratégie afin de réduire le taux de suicide.

Quelque1100 Québécois s'enlèvent la vie chaque année, et que la situation stagne malgré les campagnes de prévention, selon l'organisme. 

Le directeur général de l'Association, Jérôme Gaudreault, rappelle qu'au tournant des années 2000, le Québec s'était doté d'une stratégie nationale dont l'efficacité était reconnue. Il constate que les nombreuses mesures qui en ont découlé, dont la ligne d'intervention 1 866 APPELLE et la formation des intervenants, ont contribué à une réduction majeure des taux de suicide en une dizaine d'années seulement, notamment chez les jeunes.

Mais M. Gaudreault déplore qu'une telle stratégie globale et concertée n'existe plus, ce qui fait que trois suicides sont encore commis quotidiennement au Québec.

« Au Québec, par exemple, on n'a pas de prévention en ligne. Or, on se rend compte que de plus en plus de personnes expriment de la détresse sur les réseaux sociaux. Il faut être en mesure d'être là », explique M. Gaudreault.

Il demande aux élus de faire preuve de leadership à cet égard.

Une marche organisée par le Centre de prévention du suicide se tiendra à Québec, samedi, dès 19 h, sur le Sentier linéaire de la Rivière St-Charles dans le secteur de Limoilou.

À 20 h, samedi soir, l'Association québécoise pour la prévention du suicide propose de son côté d'allumer une chandelle près d'une fenêtre dans le but de démontrer son appui à la prévention du suicide, de se souvenir d'un être cher ou de soutenir les endeuillés par suicide.

Plus d'articles

Commentaires