Retour

Prix des loyers : la Régie recommande une hausse de base de moins de 1 %

La Régie du logement recommande une augmentation de base de 0,4 % pour les logements non chauffés et de 0,7 % pour les logements chauffés à l'électricité en 2016.

Ces chiffres, qui ne prennent pas en compte certaines données comme l'augmentation des taxes municipales, sont publiés annuellement par la Régie afin de servir de base aux négociations entre les propriétaires et les locataires en vue du renouvellement des baux.

D'entrée de jeu, le Bureau d'information et animation logement du Québec métropolitain (BAIL), reproche aux propriétaires de systématiquement majorer les suggestions de la Régie.

« Il vont demander 15, 20 ou 25 dollars de plus que ce qu'ils devraient. Il ne se soucient pas vraiment des chiffres de la Régie quand vient le temps de demander les hausses aux locataires », critique Jonathan Carmichael, organisateur communautaire au BAIL.

La Corporation des propriétaires immobiliers du Québec, de son côté, met plutôt l'accent sur les facteurs qui sont absents des calculs proposés par la Régie. « C'est inacceptable que la régie ne tienne pas compte d'un facteur aussi important que les taxes et les assurances », déplore le porte-parole Hans Brouillette.

La Régie du logement est cependant très claire et invite les propriétaires à utiliser leur grille de calcul disponible en ligne afin d'inclure tous les coûts liés à l'exploitation d'un immeuble.

Pour les baux de 12 mois, les propriétaires sont tenus d'envoyer les avis d'augmentation de loyer entre 3 et 6 mois avant l'échéance du bail.

Le BAIL suggère à tous les locataires qui douteront de la légitimité de l'augmentation demandée de communiquer avec l'organisme.

Plus d'articles

Commentaires