Retour

Procès d'Alain Perreault : les délibérations commencent aujourd'hui

Le deuxième procès d'Alain Perreault, accusé du meurtre de Lyne Massicotte, tire à sa fin. Les plaidoiries sont terminées et le jury sera isolé à compter de mardi, après avoir reçu les directives du juge, afin de rendre un verdict.

L'avocat de la défense, Me Stéphane Beaudoin, a invité les jurés à bien tenir compte de la preuve devant eux. « Vous avez plusieurs éléments de preuve qui laissent place au doute raisonnable », a-t-il insisté.

Au sujet de l'opération Mr. Big pendant laquelle Alain Perreault a avoué avoir étranglé la victime, Me Beaudoin a soumis au jury que tout avait été mis en oeuvre pour piéger son client, lui faisant miroiter une vie de rêve au sein de l'organisation criminelle fictive.

L'avocat a demandé au jury de bien évaluer si des aveux obtenus dans de telles circonstances peuvent être fiables, hors de tout doute raisonnable.

Il a enfin demandé aux jurés d'en arriver « au seul verdict avec lequel vous pourrez vous coucher le soir et avoir la conscience tranquille ». Selon la preuve déposée devant la cour, Me Stéphane Beaudoin a fait valoir que son client devait être déclaré non coupable.

Plaidoirie de la Couronne

La procureure de la Couronne, Me Lyne Morais, a commencé sa plaidoirie avec un retour sur les trois derniers témoins amenés à la barre par la défense; trois personnes qui affirment avoir vu Lyne Massicotte vivante après sa rencontre avec Alain Perreault.

Au sujet de Malvina-Michelle Roy, Me Morais a soutenu qu'elle n'était pas venue témoigner à cause de son sens du devoir, mais en raison de son sens du spectacle. Étrangement, a souligné la poursuite, le témoin se souvient du 17 juillet 2003, mais ne se souvient pas de s'être présenté à deux reprises aux élections municipales.

Au sujet des deux autres témoins, l'avocate a simplement demandé au jury de tenter de se rappeler des gens qu'ils avaient croisés au dépanneur il y a trois jours afin de miner la crédibilité des deux personnes qui sont venues raconter des rencontres fortuites avec Lyne Massicotte, il y a plus de 13 ans.

Me Morais a ensuite rappelé que le jour de la disparition de Lyne Massicotte, Alain Perreault a consulté Internet pour se renseigner sur les sentences pénales pour meurtre et pour outrage à un cadavre.

« Qui a intérêt à aller là? Quelqu'un qui a un cadavre sur le lit à côté lui », a-t-elle fait valoir au jury.

Elle a ensuite abordé les aveux de l'accusé. « On ne décrit pas un meurtre aussi sordide à moins de l'avoir fait », a insisté Me Morais en mettant de l'avant que l'accusé, s'il n'était pas coupable, aurait eu du mal à fournir autant de détails sur les événements lors de l'opération Mr. Big.

À la fin de la journée, le juge a demandé aux jurés de revenir au palais de justice à 11 h mardi, avec leur valise, pour entamer les délibérations.

D'après les informations de Yannick Bergeron

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine