Retour

Procès d'Isabelle Morin : l'expertise de la Sûreté du Québec mise en doute

L'avocat de la policière Isabelle Morin s'est attaqué à la crédibilité de l'expert reconstitutionniste de la Sûreté du Québec (SQ), qui a analysé la scène de collision impliquant une autopatrouille de la police de Québec et une motocyclette.

Un texte de Yannick Bergeron

Me Jean-François Bertrand a questionné les méthodes de travail du sergent Carl Allard au procès de l'agente Morin, accusée de conduite dangereuse causant la mort de Jessy Drolet.

Me Bertrand l'a confronté par rapport au fait qu'à titre de chef reconstitutionniste à la SQ, il a endossé le rapport d'enquête d'un autre agent du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

En janvier dernier, un juge a acquitté l'agent Simon Beaulieu qui avait fauché à mort un cycliste dans le quartier Saint-Roch. Le juge s'était alors montré sévère à l'endroit du travail de l'expert de la Sûreté du Québec.

Le sergent Allard a manifesté son inconfort face aux questions de Me Bertrand à ce sujet.

Dans le cas de l'enquête sur la policière Morin, Me Bertrand a cuisiné le sergent Allard sur ses calculs.

Il a relevé que des plans de la scène illustrée dans son rapport n'étaient pas entièrement à l'échelle et qu'il n'avait pas pris soin de mesurer les balises de signalisation.

Le policier a rétorqué que le logiciel pouvait expliquer certains écarts dans les plans et qu'il s'est fié au ministère des Transports pour connaître la hauteur des balises.

Son contre-interrogatoire va se poursuivre mercredi.

114 km/h

Lors de son interrogatoire principal, le sergent Allard a indiqué que le motocycliste Jessy Drolet, n'aurait pas été en mesure d'éviter l'accident, même s'il avait respecté la limite de vitesse dans la zone des travaux sur l'autoroute Laurentienne.

Le reconstitutionniste a évalué la vitesse du motocycliste à 114 km/h lorsqu'il a freiné pour tenter d'éviter le véhicule de l'accusée, qui venait de surgir devant lui.

L'expert soutient que même si le motocycliste avait respecté la limite de 90 km/h en vigueur dans la zone de construction, il aurait percuté l'arrière de l'autopatrouille.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine