Retour

Procès évité pour les présumés responsables de l’incendie du Manège militaire

Les présumés responsables de l'incendie du Manège militaire n'auront pas à subir de procès. Les deux parties ont conclu une entente à l'amiable mercredi soir, neuf ans après l'incendie qui a détruit l'édifice patrimonial.

Le Soleil révélait vendredi matin cette entente, dirigée par le juge Alain Michaud de la Cour supérieure. Ce règlement survient sept ans après le début des procédures judiciaires entre le Procureur général du Canada et les compagnies Da-Gar de L’Ancienne-Lorette et Protection Incendie Pro.

Rappelons que l’enquête du Directeur du service des incendies des Forces canadiennes avait conclu qu’une lampe halogène laissée allumée sans grille de protection était à l’origine du sinistre survenu dans la nuit du 4 au 5 avril 2008.

D'après l'enquête, le système d'alarme d'incendie aurait été partiellement endommagé, puisqu'un détecteur d'incendie situé dans le grenier aurait été désactivé.

Dans leur défense, les deux entreprises avaient soulevé d’autres sources d’incendie, comme un trouble électrique.

La porte-parole des tribunaux du Québec, Caroline St-Pierre, accueille avec satisfaction ce règlement. « Tout le monde est gagnant. Tant les citoyens que les partis impliqués, affirme-t-elle. Le conflit aura duré sept ans, précise-t-elle.

Le montant qu’auront à débourser les entreprises impliquées dans ce conflit n’a pas été dévoilé.

La reconstruction du Manège militaire de Québec sera complétée au printemps 2018.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine