Retour

Procès pour meurtre : Alain Perreault témoigne

Alain Perreault a commencé à témoigner dans le procès pour le meurtre de Lyne Massicotte.

Un texte de Yannick Bergeron

L'accusé a rencontré la victime sur Internet. Il a expliqué au jury que Lyne Massicotte était venue le rejoindre chez lui vers 14 h, le 17 juillet 2003.

« On a dansé un petit peu, on s'est collés, on s'est déshabillés et on a fait l'amour », a raconté Alain Perreault devant la cour. Ensuite, il a consommé du cannabis, à la suggestion de Lyne Massicotte, a-t-il assuré.

Elle et lui ont ensuite convenu de quitter l'appartement de l'accusé pour aller au restaurant. Lyne Massicotte aurait ouvert le coffre de sa voiture pour y déposer son sac à main avant de proposer à Alain Perreault de prendre le volant.

Ne se sentant pas bien à cause du cannabis, l'accusé a affirmé qu'il avait finalement préféré rentrer chez lui et que Lyne Massicotte semblait déçue de le voir partir.

Plus tard dans la soirée, une amie de Lyne Massicotte a appelé Alain Perreault pour prendre des nouvelles. « Elle est partie au restaurant », affirme avoir répondu l'accusé.

La même amie a témoigné plus tôt dans le procès et avait plutôt indiqué qu'Alain Perreault lui avait dit que Lyne Massicotte était partie acheter des cigarettes.

Dans sa déclaration d'ouverture, l'avocat Stéphane Beaudouin a indiqué au jury qu'Alain Perreault allait s'expliquer sur ses aveux faits à Mr. Big, dans lesquels il affirme avoir étranglé Lyne Massicotte qui refusait ses avances.

« Il vous dira qu'est-ce qui est vrai, qu'est-ce qui est faux », a exposé l'avocat criminaliste.

Alain Perreault sera de retour à la barre des témoins vendredi pour poursuivre son témoignage.

Preuve de la poursuite close

La poursuite a terminé sa preuve avec des témoignages d'experts.

L'un d'eux, un expert en minéralogie, a analysé la boue retrouvée sur le véhicule de la disparue en 2003.

« Les deux échantillons de boue avaient une signature très claire », a estimé Jean-François Whilelmy. L'expert a expliqué qu'il s'agissait de shale rouge aux grains arrondis. Selon lui, on retrouve ce type de sable le long du fleuve, à Cap-Rouge et particulièrement dans le secteur de Lévis.

Alain Perreault a affirmé, dans ses aveux à Mr. Big en janvier 2010, avoir disposé du corps en bordure du fleuve Saint-Laurent sur la Rive-Sud.

La défense a d'ailleurs appelé un géologue comme premier témoin. Réjean Girard a analysé les mêmes échantillons. Selon lui, il est pratiquement impossible d'identifier l'endroit d'où provient la boue qui contient, a-t-il affirmé, plusieurs contaminants industriels.

Recherches infructueuses

D'ailleurs, la police a tenté de retrouver les restes de Lyne Massicotte après la fonte des neiges, en 2010.

André Turcotte, du Service de police de la Ville de Québec, a fouillé deux sites avec une équipe de 10 policiers. Les endroits correspondaient à la description donnée par Perrault lors de l'interrogatoire de Mr Big.

Équipés de râteaux et de détecteurs de métal, les policiers ont passé environ cinq heures à ratisser chacun des sites. Leurs efforts n'ont pas permis de trouver le moindre indice.

La poursuite a terminé sa preuve avec le témoignage d'un superviseur de la Garde-Côtière.

Stacy Dufour a expliqué que la formation de glace et l'effet des marées emporteraient un corps laissé sur la berge à Lévis. Selon le 18e et dernier témoin de la poursuite, un corps serait alors transporté jusque dans l'océan.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur le Verseau





Rabais de la semaine