Retour

Procès pour meutre : Alain Perreault sur la défensive

Alain Perreault s'est montré impatient en contre-interrogatoire en adoptant un comportement de confrontation envers l'avocate de la poursuite.

Un texte de Yannick Bergeron

Le juge Richard Grenier a dû le rappeler à l'ordre à plusieurs reprises alors que l'homme de 54 ans multipliait les soupirs à la barre des témoins.

« Vous ne me laissez pas répondre, elle tourne tout ce que je dis au ridicule », s'est plaint l'accusé lorsque questionné par Me Lyne Morais.

L'avocate a confronté Alain Perreault sur les contradictions entre son témoignage des derniers jours et celui livré lors de son premier procès, en 2011.

S'il n'avait pas dit qu'il avait eu deux relations sexuelles avec Lyne Massicotte à l'époque, c'est que la question ne lui avait pas été posée, a-t-il assuré. « Je ne suis pas du genre à me vanter dans une salle », s'est justifié Alain Perreault.

Il est accusé du meurtre de Lyne Massicotte qui est disparue après être venue le visiter à Québec en 2003.

Il a avoué son crime au grand patron d'une organisation criminelle fictive qui était en fait un agent d'infiltration. Il y donne aussi une description de l'endroit où il aurait disposé du cadavre en bordure du fleuve.

Cet aveu a été filmé et présenté au jury plutôt cette semaine. Alain Perreault jure avoir inventé cette version pour rester dans l'organisation qui lui offrait un salaire alléchant.

La police a présenté au jury les photos d'un site près du chantier naval Davie. Est-ce que cet endroit ressemble à la description qu'il fait à Mr Big ?

« Pantoute », a martelé l'accusé alors que des membres du jury s'échangeaient de grands sourires. Certains jurés ont d'ailleurs échangé de longs regards d'incrédulité pendant le contre-interrogatoire.

Pas de literie ?

L'avocate de la poursuite a ensuite présenté une photo de l'appartement de Perreault avant de lui faire remarquer qu'il n'y avait pas de douillette sur le matelas.

« Non, je n'en avais pas besoin », a rouspété Perreault. Cinglante, Me Morais a plutôt laissé entendre qu'il l'avait utilisée pour transporter un cadavre.

Alain Perreault a aussi remis en doute le témoignage d'un voisin qui dit avoir vu un homme de sa stature se rendre à une voiture identique à celle de Lyne Massicotte le soir de sa disparition.

« J'ai juste des chandails noirs », s'est défendu le gaillard avant que l'avocate de la poursuite présente une photo tirée du site internet d'un journal au jury où Perreault est vêtu d'un chandail pâle.

Inquiet de la disparition de Lyne Massicotte

En matinée, Alain Perreault a terminé la deuxième portion de son témoignage qu'il avait entamé jeudi.

Alain Perreault jure s'être inquiété de la disparition de Lyne Massicotte après sa rencontre avec la femme de Chambly. Il assure qu'après les appels de l'amie de Lyne Massicotte et de sa soeur, il était préoccupé.

« Je ne sais pas ce qui est arrivé et ça m'inquiète », a juré Perreault devant le jury en se rappelant sa soirée du 17 juillet 2003.

Il rappelle qu'il a écrit un courriel à Lyne Massicotte pour prendre de ses nouvelles. Son avocat a repassé avec lui les scénarios de l'opération Mr Big qui a mené à son arrestation.

Alain Perreault explique que l'argent de l'organisation criminelle fictive lui a permis d'élever son niveau de vie et de sortir de son isolement.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine