Retour

Production d'ecstasy : la famille Cozak demeure derrière les barreaux

Un ex-professeur de chimie de l'Université Laval, Daniel Cozak, et ses deux fils vont demeurer en prison en attendant leur procès pour production d'ecstasy. L'homme de 66 ans a été arrêté en même temps que ses deux fils en septembre dernier lors du démantèlement de deux laboratoires de drogue de synthèse.

Un texte de Yannick Bergeron

Dans une décision étoffée, le juge Sébastien Proulx a décidé de ne pas accorder de remise en liberté au père et au plus jeune des fils, Samuel, 24 ans, afin de ne pas miner la confiance du public envers l'administration de la justice.

L'autre fils, Charles Cozak, 26 ans, était le seul à avoir déjà eu des démêlés avec la justice. Il n'avait pas demandé de remise en liberté.

Une ordonnance de non-publication empêche les médias de diffuser la preuve dévoilée lors des quatre jours d'audition de l'enquête sur remise en liberté.

Au moment de leur arrestation, la police avait démantelé deux laboratoires clandestins, l'un à Lac-Baker, au Nouveau-Brunswick, et l'autre à Saint-Camille, dans la MRC des Etchemins.

Selon les policiers, ces laboratoires avaient une capacité de production de 1,5 million comprimés d'ecstasy par semaine.

Les trois accusés vont revenir en cour le 11 mars pour la suite des procédures.

Plus d'articles