Retour

Profiter du G7 pour refaire une beauté à la route 138

Des élus de la Côte-de-Beaupré réclament leur part du gâteau à l'approche du Sommet du G7 qui aura lieu dans la région de Charlevoix en juin 2018. Ils veulent qu'Ottawa et Québec offrent une cure de beauté à la route 138, puisque des milliers de représentants et de journalistes étrangers vont emprunter cette artère malaimée pour se rendre au Manoir Richelieu.

Un texte d’Alexandre Duval

« Vous savez, quand on reçoit de la visite à la maison, on se met beau, on fait le ménage et on s'arrange pour être fier, illustre la préfète de la MRC de la Côte-de-Beaupré, Parise Cormier. On veut que les gens reviennent! »

Des municipalités situées le long de la route 138 ont trimé dur ces dernières années pour essayer d’embellir l’artère. Parise Cormier cite en exemple l’Espace Fillion, à L’Ange Gardien, où l’on a réaménagé avec succès les abords du fleuve.

Malgré ce type d’efforts, l'artère demeure peu accueillante : la circulation y est dense et les aménagements paysagers manquent cruellement.

C’est pourquoi la MRC de la Côte-de-Beaupré aimerait faire construire un mur végétalisé sur plusieurs kilomètres entre Boischatel et Saint-Tite-des-Caps.

Améliorer la sécurité

L’autre priorité de la MRC en vue du Sommet du G7 serait d’améliorer la sécurité sur la route 138.

Dans un rapport entériné plus tôt cette semaine, la MRC répertorie une trentaine de passages à niveau situés le long de l’artère et pour lesquels il n’y a pas de barrières qui s’abaissent lorsque le train passe.

« C’est une très grande préoccupation que nous avons, dit Parise Cormier. C’est un investissement de près de deux millions de dollars si l’on fait tous les passages à niveau de Boischatel jusqu'à Saint-Joachim. »

Au total, la MRC de la Côte-de-Beaupré cherche donc à obtenir environ trois millions de dollars auprès de Québec et d’Ottawa pour réaliser les travaux qu’elle juge prioritaires d’ici juin prochain.

Parise Cormier sait que le temps presse. Le premier ministre Justin Trudeau vient à peine d’annoncer les dates officielles du Sommet, soit les 8 et 9 juin 2018. Il ne reste donc que neuf mois pour essayer de réaliser ces projets.

La MRC entend donc déposer ses demandes rapidement aux ministères concernés, mais Parise Cormier souhaite que ses demandes soient traitées de manière accélérée.

« J’ai besoin de savoir là, insiste-t-elle. Je ne peux pas déposer ma demande dans un programme [du gouvernement], je vais avoir des nouvelles au mois de mai l’année prochaine! »

Des députées prêtent main forte

La députée fédérale de Beauport-Côte-de-Beaupré-Ile d’Orléans-Charlevoix croit elle aussi que la route 138 est problématique. « On se doit d’avoir une belle vitrine pour le G7 », dit Sylvie Boucher.

L’élue entend donc talonner le gouvernement de Justin Trudeau dès la rentrée parlementaire à Ottawa sur cette question. Elle estime que tout ce qui entoure le Sommet du G7, actuellement, est traité de manière trop opaque.

Son homologue provinciale de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard, est du même avis. Elle souligne que le gouvernement du Québec n’a pas de budget attitré à la venue du G7, mais elle concède qu’il y a une opportunité à saisir pour revamper la route 138.

« Il y a des modifications à apporter et un embellissement à poursuivre sur ce tronçon routier. Alors j'espère qu'on pourra bénéficier de cette occasion pour le faire », dit-elle.

Caroline Simard promet qu’elle portera cet enjeu à l’attention de ses collègues ministres dès que la MRC lui aura présenté un dossier complet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine