Retour

Protection des cours d’eau : les citoyens de Stoneham et Lac-Beauport en faveur de nouvelles règles

Une majorité de citoyens de Stoneham-et-Tewkesbury et Lac-Beauport serait favorable à un renforcement des mesures dans leur municipalité pour protéger les sources d'eau, selon un sondage mené pour le compte de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ).

Le sondage Léger réalisé le 27 février auprès de 338 personnes à Stoneham-et-Tewkesbury et 296 à Lac-Beauport, révèle qu'en moyenne, 65 % des répondants des deux municipalités au nord de Québec sont favorables à l'imposition de mesures plus sévères pour le développement dans le bassin versant des prises d'eau des rivières Saint-Charles et Montmorency.

La CMQ voulait connaître l'opinion des citoyens sur sa volonté de prévoir des règles renforcées pour protéger les sources d'eau, dont la principale prise d'eau de la Ville de Québec.

Les résultats du sondage font dire au maire de Québec et président de la CMQ, Régis Labeaume, que la population des deux municipalités s'intéresse au dossier et veut protéger la qualité de l'eau, contrairement à certains élus ou promoteurs, qui, dit-il, veulent faire déraper le débat.

« Il va y avoir beaucoup de monde qui vont essayer de faire dériver le dossier d'ici à 60, 90 jours, des promoteurs qui vont dire que nous, à Québec, on veut prendre le contrôle du développement. Mais on s'en fout comme l'an 40, ce n'est pas une question de fiscalité, c'est une question de santé publique, c'est assez simple », lance le maire.

Régis Labeaume soutient qu'il n'y a pas de risque à prendre avec les sources d'eau et qu'il faut appliquer le principe précaution.

« On ne joue pas avec l'eau et on va être stricts, on ne prendra pas de chance jusqu'à la fin », dit-il.

La CMQ présentera prochainement son nouveau règlement pour protéger les cours d'eau. Quatre rencontres sont prévues à compter du 9 mars, la première à Sainte-Brigitte-de-Laval.

Le maire et la CMQ rencontreront également le 8 mars les membres de l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ), les constructeurs préoccupés par le futur règlement. Régis Labeaume affirme toutefois que les promoteurs ne guideront pas les paramètres de cette nouvelle réglementation.

La CMQ préconise le freinage du développement immobilier. Elle a adopté un moratoire de 90 jours en décembre sur toutes les nouvelles constructions au nord de la ville.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine