Retour

Québec 21 dénonce les « folies » de Régis Labeaume

Les « dépenses folles » de Régis Labeaume ont coûté des dizaines de millions de dollars aux contribuables, dénonce Québec 21. La formation politique reproche au maire sortant de prendre les citoyens pour « des guichets automatiques ».

Un texte de Louis Gagné

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, remet en question l’utilité de plusieurs initiatives de l’administration Labeaume qui ont à son avis « coûté très cher » aux citoyens de Québec.

Il cite notamment en exemple le projet de coffre-fort virtuel, dans lequel la Ville a englouti 1,5 million de dollars, ainsi que la subvention de 7 millions au projet de Théâtre Le Diamant, de Robert Lepage.

« Le style de gestion à la va-vite et à la girouette [de Régis Labeaume] a coûté très cher aux citoyens de Québec, a déclaré Jean-François Gosselin mardi. Le maire a manqué de respect aux gens de Québec en multipliant les dépenses folles. »

Le candidat à la mairie critique également les « voyages innombrables » de Régis Labeaume à l’étranger. Il soutient que la présence du maire à différentes missions économiques ou touristiques n’est pas toujours essentielle.

Jean-François Gosselin juge par ailleurs inacceptable que Régis Labeaume voyage en classe affaires. « Ça n’a pas sa place. On parle d’entre 8000 $ et 11 000 $ pour aller à Paris en partant de Québec, comparativement à 700-800 $ pour la classe économique. »

Fin des subventions directes

S’il est élu le 5 novembre prochain, le chef de Québec 21 promet d’en donner pour leur argent aux contribuables en mettant un frein à la gestion « dépensière et inefficace » de l’administration Labeaume. Le candidat à la mairie s’engage notamment à mettre fin aux subventions directes versées à différents événements tels que Bordeaux fête le vin.

« Il n’y aura pas de subvention comme celle de 388 000 $ qu’on donne à Bordeaux fête le vin. Acheter 15 000 bouteilles de vin avec l’argent des payeurs de taxes, ça ne se fera pas », prévient-il.

L’aspirant maire promet de continuer à soutenir les grands événements s’il prend le pouvoir, notamment en assurant la sécurité et en facilitant l’accès aux différents sites.

Il assure que la fin des subventions directes aux grands événements ne mettra pas en danger l’aide financière apportée par les autres paliers de gouvernement.

Cocktail de financement

Par ailleurs, près d'une centaine de personnes ont participé, mardi soir, à une activité de financement de Québec 21.

Le nouveau parti mise beaucoup sur les nouvelles règles de financement adoptées en 2016 à l'Assembée nationale pour boucler son budget. La nouvelle loi permet des dons de 200 $ durant l'année électorale. Par ailleurs, la loi prévoit également le remboursement de 70 % des dépenses électorales si les candidats reçoivent 15 % des suffrages le soir du vote.

La campagne devrait coûter au parti environ 100 000 $.

Avec l'activité de financement de mardi soir, le parti aura, selon son chef, ce qu'il faut pour ne pas finir dans le rouge.

Plus d'articles

Commentaires