Retour

Québec 21 propose une nouvelle piste cyclable dans le port

Fatigué des changements de cap du maire de Québec dans ce dossier, le chef de l'opposition Jean-François Gosselin propose de construire une nouvelle piste cyclable à la Pointe-à-Carcy. Il espère contrecarrer le projet de Régis Labeaume, présenté il y a deux semaines, de construire une passerelle surélevée pour vélos.

M. Gosselin propose de construire une piste cyclable le long du fleuve entre le stationnement de la place des Canotiers et l’autre extrémité de la Pointe-à-Carcy.

Cette piste serait séparée de l’aire piétonne par un muret de béton afin d’assurer la sécurité de tous les usagers. Des passages seraient aussi sécurisés pour les piétons qui souhaiteraient traverser la piste cyclable afin de se rendre aux abords du fleuve.

« Le fait de séparer les cyclistes et les piétons, on vient régler 99,9 % des problèmes », estime M. Gosselin, qui évalue le coût de sa proposition à environ 300 000 $.

Revirements

Il reproche d’ailleurs au maire de Québec de ne pas avoir chiffré jusqu’ici le coût de sa passerelle « qui ressemble à une piste de Hot Wheels ou au Redbull Crashed Ice en hiver ».

M. Gosselin rappelle que Régis Labeaume a changé d’idée à quelques reprises dans ce dossier.

L’an dernier, à la demande du port de Québec, la piste cyclable avait été déménagée sur la rue Dalhousie, ce qui avait nécessité le retrait d’une voie pour les automobilistes.

Seulement quelques mois plus tard, à la suite de nombreuses critiques, la Ville a annoncé que la nouvelle piste serait retournée dans le port afin d’améliorer la cohabitation entre voitures et piétons.

Puis le 4 juin, le maire de Québec a présenté son idée de construire une passerelle en hauteur pour que les vélos puissent y circuler sur 322 mètres, entre les quais 21 et 22.

Aussitôt présenté, aussitôt torpillé

Le projet de Jean-FrançoisGosselin s’est rapidement attiré les foudres du maire de Québec. Régis Labeaume affirme cette idée a déjà été évaluée par son administration. Il la qualifie aussi de « dangereuse » en raison des multiples usagers du port.

Le PDG du Port de Québec, Mario Girard, abonde dans le même sens. « C’est probablement l’endroit à Québec où il y a le plus de conflits d’usage : des taxis, des touristes à pied, des vélos, des croisiéristes, des camions, des chariots-élévateurs, des autobus… »

M. Girard affirme que l’idée d’une piste au sol, près du fleuve, ne tient pas la route puisque la configuration des quais doit constamment être ajustée en fonction de la taille des bateaux qui accostent, notamment.

Il ajoute que les problèmes de cohabitation entre usagers ne feront qu'augmenter, puisque la clientèle du port est en croissance. M. Girard dit aussi que l’administration portuaire n’a pas été consultée, contrairement à ce qui a été avancé plus tôt par Jean-François Gosselin.

Plus d'articles