Retour

Québec 21 ramène le projet de centrale de police à la case départ

L'opposition officielle a profité du conseil municipal pour présenter sa vision du déploiement des effectifs policiers à Québec au cours des prochaines années. Sans surprise, son plan est aux antipodes de celui proposé par la Ville.

Un texte d'Olivier Lemieux

D’entrée de jeu, Jean-François Gosselin a tiré à boulets rouges sur le cafouillage entourant la construction de la nouvelle centrale du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Annoncé à 40 millions de dollars en 2016, il a récemment été revu à près de 80 millions.

Selon le chef de l'opposition officielle, la décision de déménager les quartiers généraux du SPVQ dans Lebourgneuf doit être annulée et la Ville doit revenir à ses plans initiaux.

La construction d’un nouvel édifice doit se faire sur la portion sud-ouest du stationnement des installations actuelles, au parc Victoria. La vieille centrale serait ensuite démolie au terme des travaux.

Contrairement au terrain acheté par la Ville dans Lebourgneuf, le parc Victoria offre assez d’espace pour accueillir une aile de détention et la Cour municipale. Dans son projet, la Ville prévoyait leur déménagement à l’édifice F.X.-Drolet, dans Saint-Roch.

Pour Jean-François Gosselin, cette option est mal avisée en raison de la présence d’amiante. Il craint de voir la facture des rénovations grimper.

« On pense à l’augmentation des risques et des coûts », s’est-il inquiété.

L’exemple de Laval

En ce qui a trait à la fermeture des postes de quartier de Charlesbourg et de La Haute-Saint-Charles, prévue par l'administration Labeaume, le chef de Québec 21 s’y oppose avec fermeté.

En citant l’exemple de la Ville de Laval, Jean-François Gosselin a plaidé en faveur du maintien des postes de quartier, proposant même d’en ajouter un à l’ouest, dans le secteur de Cap-Rouge.

Il juge que la Ville fait fausse route en centralisant les infrastructures policières.

« On se trouve à diminuer l’accès à des services de proximité pour nos citoyens. »

« Dépassé et ignorant », selon Labeaume

Le maire de Québec a rapidement tourné en dérision les propositions de son adversaire, rappelant que la Ville de Laval présentait un taux de criminalité beaucoup plus élevé que celui de Québec.

« C’est parce que vous dites n’importe quoi! », s’est-il exclamé.

Régis Labeaume a aussi précisé que le redéploiement des effectifs policiers était le fruit d’une longue consultation avec l’état-major du SPVQ.

Selon lui, la qualité du travail des forces de l’ordre n’est pas proportionnelle au nombre de postes de police en ville.

« C’est dépassé et ignorant de penser comme ça, a-t-il dénoncé. C’est plus important d’avoir 1000 policiers avec les voitures, la coordination et la technologie qu’il faut. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Légalisation du cannabis: 6 choses essentielles à savoir