Retour

Québec confirme 12,5 M $ pour le Service rapide par bus

Le projet de Service rapide par bus (SRB) franchit une nouvelle étape. Le gouvernement du Québec confirme l'octroi de 12,5 millions de dollars pour lancer le bureau de projet, qui permettra de terminer les études d'avant-projet du réseau de voies réservées pour les autobus entre Québec et Lévis.

Le bureau de projet sera dirigé conjointement par les Villes de Québec et de Lévis ainsi que par le ministère des Transports. Des spécialistes des deux municipalités y contribueront.

Les maires Régis Labeaume et Gilles Lehouillier se donnent deux ans pour compléter les travaux préparatoires afin d'implanter le réseau de transport collectif de 38 kilomètres entre le secteur Desjardins à Lévis à celui de D'Estimauville à Québec.

« À la même date en 2018, on pourra vous faire rapport sur les conclusions du bureau de projet. À partir d'aujourd'hui, dans 8 à 10 ans, on pourrait en principe démarrer les opérations complètes du SRB », a affirmé Régis Labeaume.

Le bureau de projet a pour mandat de compléter les études préalables, réaliser le montage financier et préciser le tracé, notamment. Le maire de Québec souligne également qu'il verra à s'assurer de son acceptabilité sociale. « C'est majeur dans ce genre de projet là. »

« Go, no go »?

Lorsque tous les travaux préparatoires seront réalisés pour le projet évalué à 1,1 milliard de dollars, c'est le financement des gouvernements qui dictera l'avenir du projet, a souligné le maire de Québec.

« Après ces investissements-là [le 12,5 millions de dollars de Québec], c'est un go ou no go. Go ou no go dépendant du financement, tout simplement », affirme Régis Labeaume.

L'aide du gouvernement fédéral semble essentielle à la réalisation d'un SRB. Les élus de la région ont déjà amorcé les discussions avec Ottawa.

Le ministre fédéral Jean-Yves Duclos s'est montré rassurant. Il soutient que le projet s'inscrit « parfaitement bien » dans le programme d'infrastructures en transport collectif que le gouvernement Trudeau va mettre de l'avant.

Le directeur général d'Accès transports viables a été surpris d'entendre le maire Labeaume évoquer qu'on puisse mettre le SRB sur une voie de garage à la fin des études.

« D'annoncer qu'il y a une possibilité que ce soit un no go au bout de deux ans d'études, ça nous questionne. À quoi a servi l'étude de faisabilité? », s'interroge Étienne Grandmond.

Selon lui, « les planètes n'ont jamais été aussi bien alignées » pour obtenir le financement d'un tel projet d'infrastructures.

Le début de la construction du SRB est souhaité dans 5 ou 6 ans.

Une « colonne vertébrale » entre Québec et Lévis

Le maire de Lévis parle d'un « moment historique » en matière de transport collectif. « C'est la première fois que deux villes travaillent ensemble pour développer un service de transport collectif entre les deux rives », souligne Gilles Lehouillier.

« On est en train de se donner une colonne vertébrale entre Lévis et Québec qui va avoir un impact encore insoupçonné au niveau du développement, notamment à la tête des ponts », se réjouit-il.

À ceux qui s'impatientaient depuis quelques semaines de la création du bureau de projet, le ministre Sam Hamad a répondu que « lorsqu'on gère l'argent du public, on prend le temps qu'il faut pour prendre les bonnes décisions ».

Le projet de SRB, qui a remplacé celui du tramway, a été annoncé il y a un an. Les premiers appels d'offres du bureau de projet doivent être lancés dans les prochains jours.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine