Retour

Québec en alerte : le système connaît encore des ratés

Le ministère de la Sécurité publique a testé, mercredi matin, son système Québec en alerte, qui permet de diffuser un message d'urgence sur l'ensemble des médias. L'exercice s'est mieux déroulé qu'en 2015, mais le dispositif a néanmoins connu certains ratés : 40 % des diffuseurs n'ont pas relayé le message comme ils auraient dû le faire.

Lorsque le ministère lance une alerte pour prévenir la population d'un danger imminent, le message devrait pourtant être relayé par l'ensemble des médias, à la télévision, à la radio et sur le web.

« On pense que ce sont des problématiques technologiques et on va faire un suivi auprès d'eux dans les prochaines semaines », assure le directeur des opérations de la sécurité civile, Éric Houde.

Sur les ondes de Radio-Canada, par exemple, le message a été diffusé à la radio à 9 h 55, comme prévu. La programmation du Réseau de l'information (RDI) n'a cependant pas été interrompue partout au Québec.

Eric Houle précise que la responsabilité de la diffusion de l'alerte à la télévision incombe aux câblodistributeurs et que les résultats ont été inégaux, selon les régions.

Amélioration de la voix électronique

La qualité de la voix électronique qui livre le message aux auditeurs a toutefois été nettement améliorée. Une alerte de tornade lancée par Environnement Canada en 2015 avait soulevé de nombreuses critiques puisque certaines portions du message étaient inintelligibles.

Le message de Québec en alerte a été diffusé en français dans l'ensemble de la province, même sur les réseaux anglophones. Le ministère de la Sécurité publique indique que l'objectif était d'abord de tester l'efficacité du système. Un processus devrait éventuellement permettre de diffuser les alertes dans les deux langues.

Malgré les problèmes qui subsistent, Éric Houde estime que l'implantation du système au Québec progresse bien. « On trouve que le système avance, on est pas mal mieux outillé pour la sécurité des citoyens au Québec qu'on l'était l'année passée. »

Le ministère de la Sécurité publique prendra le temps de faire le bilan du dernier exercice avant de déterminer si de nouveaux tests seront nécessaires.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine