Les médias en parlent en long et en large depuis plus d'un an. Le sujet a été couvert sous tous les angles possibles, ou presque. Après des mois de préparation et des centaines millions de dollars dépensés en sécurité, voilà que le Sommet du G7 est enfin sur le point de commencer.

Un texte de Louis Gagné

Les dirigeants des sept pays parmi les plus riches de la planète vont se réunir demain et samedi au Manoir Richelieu, à La Malbaie, pour discuter des grands enjeux mondiaux.

L’augmentation des échanges commerciaux, les questions liées à la sécurité, la lutte contre les changements climatiques et l’égalité homme-femme, notamment, figurent à l’ordre du jour.

Les réunions de travail auront lieu à La Malbaie, mais plusieurs événements vont se dérouler à Québec, à commencer par une première manifestation anti-G7 qui se mettra en branle à compter de 18 h ce soir au parc des Braves.

Organisée par le Regroupement d'éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches (REPAC), la marche vise à dénoncer « l'exploitation capitaliste, le colonialisme et les politiques racistes et sexistes » des puissances occidentales.

Les participants emprunteront le chemin Sainte-Foy, l’avenue Cartier et la Grande Allée pour terminer leur marche au Centre des congrès, sur le boulevard René-Lévesque, où sera établi le centre des médias pour le Sommet du G7.

Au moins deux autres manifestations auront lieu à Québec au cours des prochains jours. Dans le cadre de sa « journée de perturbations », le Réseau de résistance anti-G7 convie les opposants dans le stationnement d’un restaurant de l’arrondissement de Beauport vendredi, à 7 h 30.

Le Forum alternatif au G7 organise pour sa part une manifestation à 15 h 30 samedi après-midi. Le départ aura lieu à la fontaine de Tourny, en face de l’Assemblée nationale.

Mesures de sécurité

Un important dispositif de sécurité a été mis en place dans les rues de Québec en vue des manifestations qui se dérouleront durant le Sommet du G7.

Plus de 1000 policiers sont déployés dans la capitale jusqu’à samedi. Les agents du Service de police de la Ville de Québec seront épaulés par leurs collègues de la Sûreté du Québec et de la Gendarmerie royale du Canada.

Pour l’instant, le niveau de menace est toujours considéré comme modéré.

Fermetures

Même si les autorités ne s’attendent pas à des débordements semblables à ceux survenus lors du Sommet des Amériques en 2001, de nombreux établissements publics et privés ont décidé de suspendre leurs activités pendant la rencontre du G7.

Les travaux parlementaires sont suspendus depuis 13 h 15 jeudi après-midi. Environ 10 000 fonctionnaires se retrouvent en congé forcé jusqu’à lundi.

Une dizaine d’écoles situées au centre-ville de Québec sont fermées aujourd'hui et demain. Quatre établissements scolaires de l’arrondissement de Beauport vont aussi suspendre leurs activités, mais pour la seule journée de vendredi.

Des commerçants du centre-ville ont aussi décidé de fermer leurs portes durant la tenue du Sommet.

Certains ont même placardé les vitrines de leur établissement en prévision du grabuge qui pourrait survenir.

Impacts sur la circulation

Plusieurs fermetures de route et entraves à la circulation ont été ou seront mises en place dans les environs de La Malbaie ainsi qu’aux abords de la base militaire de Bagotville, où les dirigeants du G7 doivent atterrir.

Pour le moment, aucune fermeture de route n’est prévue à Québec. Par conséquent, les horaires et les tracés du Réseau de transport de la capitale (RTC) demeurent inchangés, jusqu’à indication contraire.

Le RTC invite néanmoins ses clients à consulter son site Internet avant de se déplacer pour être informés des changements qui pourraient survenir durant le Sommet du G7.

Plus d'articles