Retour

Québec et ses juristes de retour à la table de négociation

Les juristes de l'État québécois et leur employeur retournent à la table de négociation dimanche. Après 16 semaines de grève, les avocats et notaires de l'État québécois (LANEQ) n'ont toujours pas trouvé de terrain d'entente avec le gouvernement au sujet du renouvellement de leur convention collective.

Jeudi dernier, le président de LANEQ avait fait une sortie fracassante. Me Jean Denis estimait que les déclarations du président du Conseil du trésor, Pierre Moreau, ne se matérialisaient pas à la table de négociation.

« Le mépris s'accentue, le mépris continue, avait-t-il dit. Ils ne font que ça, ils veulent nous épuiser, ils veulent nous faire rentrer à genoux. »

Au lendemain de cette sortie, Pierre Moreau et LANEQ ont tenu une rencontre d'environ une heure, au terme de laquelle il a été convenu qu'une nouvelle séance de négociation aurait lieu dimanche.

Les 1100 juristes de l'État québécois réclament une augmentation salariale de 10 % sur 4 ans, soit l'équivalent de ce qui a été accordé aux procureurs de la Couronne en 2016.

LANEQ réclame aussi la mise en place d'un comité de rémunération. Ce comité serait chargé de faire des recommandations sur les conditions de travail des juristes de l'État, qui seraient ensuite soumises à l'approbation de l'Assemblée nationale.

Le gouvernement ne négocierait donc plus seul les conditions de travail avec ses juristes, comme c'est le cas à l'heure actuelle.

Le juristes de l'État sont en grève depuis le 24 octobre dernier et sont sans convention collective depuis le 31 mars 2015. Ils ont rejeté à 97 % les plus récentes offres de la partie patronale.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine