Retour

Québec pas pressé de démolir le vieux Colisée

La Ville de Québec entend prendre son temps pour démanteler le vieux Colisée qui a tenu lundi son tout dernier événement, 66 ans après son inauguration.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, n'a pas d'échéancier précis pour démolir l'infrastructure, qui, une fois fermée, coûterait annuellement à la Ville de Québec 120 000 $ en entretien.

Le maire veut s'assurer de maximiser le démantèlement du Colisée.

« Il est possible qu'on prenne plus de temps entre autres pour faire en sorte de trouver des acquéreurs parce qu'il y a quand même 14 000 bancs là-dedans, un tableau indicateur », dit-il.

Régis Labeaume a d'ailleurs lancé un appel au civisme en prévision du spectacle de Metallica, le dernier événement de l'histoire du Colisée. « Si les gens veulent des bancs, qu'ils m'appellent. Si vous en voulez un, je vais vous en dévisser un », a lancé le maire aux spectateurs qui seraient tentés de partir avec un banc de l'édifice en guise de souvenir.

À la recherche d'expertise

La Ville entend d'ailleurs consulter plusieurs experts avant de lancer les appels d'offres pour démolir le Colisée.

« On va avoir besoin d'un devis pour aller en soumission publique, alors il faut savoir exactement ce qu'on veut. Et démolir des stades, il n'y a pas beaucoup de connaissances actuellement au Québec, alors il faut travailler comme il faut », ajoute le maire de Québec.

Le premier édifice à disparaître sur le site d'ExpoCité sera l'Espace K.

La Ville aura par la suite beaucoup de travail à faire pour réaménager l'endroit avant de s'attaquer à la démolition du vieux Colisée.

Construit en 1949, le Colisée a surtout été marqué par le passage des Nordiques qui y auront joué leur dernier match le 14 mai 1995.

Plus d'articles

Commentaires