Retour

Québec renouvelle le financement de certains groupes communautaires

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidartié sociale, Sam Hamad, renouvelle le financement de 383 groupes communautaires, pour une durée de trois ans.

L'annonce survient alors que près de 1300 organismes communautaires ont tenu deux journées de grève cette semaine pour protester contre la précarité de leur financement.

Québec renouvelle le protocole d'entente avec certains organismes communautaires et un montant de 63,9 millions de dollars y sera consacré.

« Notre gouvernement reconnaît le travail réalisé par les organismes communautaires, qui sont sur la première ligne pour répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables. Ils sont de précieux alliés dans la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale », affirme le ministre Hamad dans un communiqué.

L'annonce est accueillie plutôt tièdement par des groupes communautaires de la région de Québec.

« La nouvelle d'aujourd'hui, c'est un soulagement, c'est une préservation des acquis, mais on ne peut pas parler de victoire », dit Caroline Toupin, porte-parole de la campagne Les droits, ça se défend!

La porte-parole fait valoir que les groupes spécialisés dans la défense des droits, reçoivent en moyenne 54 000 $ pour payer les salaires, les loyers et les fournisseurs de services internet.

« C'est sûr que pour nous autres, ce n'est pas suffisant, ça nous prendrait une annonce d'ordre financier pour nous permettre de souffler un peu sur le terrain », croit Caroline Toupin. 

La porte-parole ajoute que plusieurs groupes communautaires exclus de l'annonce attendent toujours des nouvelles.

« C'est certain qu'on est déçu, on est solidaire. Même si le financement ne provient pas des mêmes ministères, dans la vraie vie, sur le terrain, on travaille tous ensembles, c'est certain qu'on va continuer à être solidaires et à appuyer leurs luttes », dit Caroline Toupin. 

Consultation publique 

Québec a aussi annoncé le lancement d'une consultation publique sur la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale.

Les citoyens sont invités à remplir un questionnaire en ligne pour faire connaître leur point de vue sur la pauvreté et l'exclusion sociale au Québec.

Les citoyens ont jusqu'au 16 décembre pour s'exprimer. Des groupes seront également organisés avec des organismes communautaires pour discuter des enjeux. Les rencontres vont s'échelonner jusqu'au printemps 2016.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine