Retour

Québec riposte à « l’excès de zèle » des contrôleurs routiers

Les contrôleurs routiers de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) ne pourront plus remettre de constats d'infraction aux chauffeurs d'autobus dont le véhicule excède la limite de poids autorisée.

Un texte de Louis Gagné

Le ministre des Transports, André Fortin, a signé jeudi un arrêté ministériel qui permet dorénavant aux chauffeurs de circuler sans permis de surcharge. La mesure vise à court-circuiter les moyens de pression exercés depuis mercredi par les constables routiers de la SAAQ.

Ces derniers ont resserré les vérifications menées auprès des réseaux de transports en commun, notamment à Québec et Lévis. Les constables interceptent les autobus et donnent des constats d’infraction aux véhicules qui excèdent la limite de poids autorisée.

Ces contrôles ont entraîné des perturbations dans les services offerts aux usagers.

Limite de poids abaissée

Rappelons qu’en cette période de dégel printanier, la limite de poids des véhicules est abaissée de deux tonnes par essieu, tant et si bien que les autobus excèdent rapidement la limite lorsqu’ils prennent des passagers à leur bord.

En temps normal, les contrôleurs font preuve d’une certaine tolérance à l’endroit des sociétés de transport et de l’industrie du camionnage.

Or, en raison d’un différend salarial qui les oppose au gouvernement, ils ont décidé de contrôler presque systématiquement le poids des autobus afin d’accentuer la pression sur Québec.

« Inacceptables »

Jeudi matin, le ministre des Transports avait vivement décrié ces actions, accusant les contrôleurs routiers de « prendre les usagers en otages ».

« C’est une façon de procéder qui est complètement inacceptable, a dénoncé André Fortin. [Il y a] des gens qui attendent leur autobus au coin de la rue ce matin et qui n’ont pas le service auquel ils ont droit. Ce n’est pas une façon de procéder. »

Le ministre avait indiqué son intention de trouver rapidement une solution afin « d’assurer un bon service de transport en commun ».

L’adoption d’un règlement augmentant la limite de poids des autobus a été envisagée, mais présentait l’inconvénient de prendre du temps. C’est la raison pour laquelle André Fortin a préféré signer un arrêté ministériel.

Ce dernier ne s’applique qu’aux chauffeurs d’autobus. Les contrôleurs routiers de la SAAQ pourront donc continuer d’intercepter les conducteurs de poids lourds.

« Parole reniée »

La Fraternité des constables de contrôles routiers s’engage à « respecter complètement » l’arrêté ministériel adopté jeudi. Elle prévient toutefois qu’elle continuera de faire entendre les revendications de ses membres.

Le syndicat reproche au gouvernement de ne pas avoir respecté une clause remorque contenue dans l’entente de principe intervenue l’an dernier avec les contrôleurs, entente qui n’a toujours pas été ratifiée. Québec aurait promis d’octroyer des hausses salariales aux constables si des augmentations étaient accordées à d’autres catégories d’agents de la paix.

« Nous continuerons de diverses façons à faire valoir aux autorités et à la population que le gouvernement, par le biais du Conseil du trésor, renie sa parole en ne respectant pas l’esprit de la clause remorque et de l’ensemble des discussions qui se sont tenues dans le cadre des négociations menant à l’entente de principe », a réagi le président de la Fraternité, René Goulet.

Les 325 contrôleurs routiers de la SAAQ sont sans contrat de travail depuis le mois de février 2015.

Avec la collaboration de Véronique Prince

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?