Retour

Québec soutiendra les victimes de la mérule pleureuse

La ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation, Lise Thériault, confirme des investissements de près de 5,6 millions de dollars pour lutter contre la mérule pleureuse au Québec. La majorité de cette somme permettra de mettre sur pied un programme d'intervention pour soutenir les propriétaires de résidences touchées par le cancer du bâtiment.

Un texte de Julie Tremblay

Les modalités du programme, annoncé dans le dernier budget du gouvernement du Québec, ne sont pas encore connues, mais les 5,6 millions de dollars sur 3 ans qui y sont consacrés doivent servir à venir en aide aux propriétaires.

De passage à Rimouski, la ministre Thériault a affirmé que les recours judiciaires « allaient toujours prévaloir » sur l'aide gouvernementale. Elle a cependant ajouté que Québec soutiendra les particuliers qui n'ont pas accès à ces recours ou qui ont besoin d'aide en attendant les procédures.

Selon la ministre, cette aide pourrait, par exemple, prendre la forme d'un prêt ou d'une garantie de prêt.

L'aboutissement de plusieurs années de démarches

Le responsable de l'organisme Mérule pleureuse Québec, qui a dû démolir sa maison à Saint-Marcellin en 2016, s'est dit très heureux de l'aide annoncée. « On attendait cette annonce-là depuis quatre ans », a affirmé Maxime Boivin en conférence de presse.

Même s'il souhaite qu'éventuellement, les victimes de la mérule pleureuse soient véritablement reconnues comme des sinistrés, il affirme que c'est un grand pas en avant que Québec reconnaisse le problème et accompagne les ménages.

Grâce aux sommes annoncées, M. Boivin souhaite entre autres établir un partenariat avec la Croix-Rouge afin que les propriétaires qui doivent évacuer leur maison obtiennent de l'aide rapidement.

Mieux connaître la mérule pleureuse

En plus des 5,6 millions octroyés à son nouveau programme, Québec versera 180 000 $ sur quatre ans à Mérule pleureuse Québec pour lui permettre d'accompagner les propriétaires dans leurs démarches. 200 000 $ seront consacrés à un projet de recherche sur la mérule pleureuse piloté par l'Université Laval, tandis que le Bureau de normalisation du Québec recevra pour sa part 200 000 $ pour encadrer les travaux de décontamination.

La ministre Thériault estime que ces sommes serviront à mieux connaître la mérule pleureuse et à agir en conséquence.

« Est-ce qu'on est vraiment obligés de tout démolir ou est-ce que, quand c'est pris à temps, y'a la possibilité d'enlever juste le solage et de recommencer et de décontaminer la maison? [...] Il faut entreprendre les bonnes actions », a affirmé la ministre.

Selon Maxime Boivin, plus de 200 cas de mérule pleureuse ont été répertoriés dans toutes les régions du Québec depuis 2010. Il croit que ce programme d'aide incitera davantage de propriétaires à déclarer leur cas.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine