Quel avenir pour les quatre grands magasins Sears de la région de Québec? La question se pose depuis que le géant du commerce au détail vit de très sérieuses difficultés financières.

Le détaillant serait sur le point de se placer à l'abri de ses créanciers. L'action qui chutait de 30 % en début de journée mercredi a terminé la séance à 62 cents.

En apparence, rien n'a changé dans les quatre succursales de Québec. Les directions locales sont peu bavardes sur l'avenir des magasins et des employés. Toute demande d'entrevue est renvoyée à Sears Canada qui n'a pas répondu aux demandes de Radio-Canada Québec.

« On pensait qu'ils fermaient. Ç'a l'air d'un entrepôt par moment, il n'y a pas vraiment d'employé. On avait une carte de points qu'on n'avait pas utilisés », raconte une cliente rencontrée à l'entrée d'un des magasins.

Selon Yan Cimon, professeur au département de management de l'Université Laval, Sears n'a tout simplement pas réussi à se renouveler.

« La recette de Sears a fait date et a besoin d'un certain renouvellement. L'entreprise a essayé de le faire dans les derniers trimestres, mais avec un succès mitigé », analyse-t-il.

Yan Cimon estime qu'il est possible qu'un acheteur unique fasse l'acquisition de l'ensemble la chaîne, mais il devra rapidement changer le modèle d'affaires.

« Un acheteur devra réduire le nombre de succursales, axer le tout sur la profitabilité et sur les familles de produits qui vendent le plus. »

Les directions locales des différents magasins de Sears sont conviées à une conférence téléphonique jeudi pour faire le point sur la situation.

Dans la région de Québec, Sears dénombre environ 700 employés. Un nombre qui atteint 17 000 au Canada répartis à travers 167 succursales.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine