Avec l'élection de 10 députés conservateurs, la grande région de Québec fait classe à part au pays au lendemain des élections fédérales qui ont porté au pouvoir un gouvernement libéral majoritaire.

Seules deux circonscriptions ont été remportées par des libéraux, le Nouveau Parti démocratique a été rayé de la carte et les conservateurs ont fait des gains importants notamment dans le nord de la couronne de Québec.

Peut-on parler à nouveau d'un « mystère Québec? » Selon des analystes politiques, les résultats ne sont pas difficiles à décoder et s'expliquent par deux facteurs principaux : la division du vote et la mentalité plus conservatrice dans la région.

La division du vote a profité aux conservateurs surtout dans les circonscriptions qui ne leur étaient pas déjà acquises, notamment sur la rive nord du fleuve, affirme Réjean Pelletier, politologue retraité de l'Université Laval.

« Ces gens-là [candidats conservateurs] ne sont quand même pas en majorité absolue dans leur circonscription. C'est parce qu'il y a une forte division des voix et les conservateurs ont réussi à se hisser au sommet [...] Il y avait les libéraux, le NPD et même le Bloc québécois, alors quand on additionne tout ça, ces gens-là dépassaient le vote conservateur », mentionne-t-il.

La mentalité conservatrice dans la région est par ailleurs indéniable, estime M. Pelletier.

« Il y a suffisamment de gens qui se rallient à ces valeurs conservatrices de moins d'impôts, moins de fonctionnaires, moins d'État et de plus de sécurité, et ces gens-là étaient majoritaires, une majorité relative, dans leur coin de pays. »

L'ex-organisateur politique Stéphan Viau croit aussi qu'une majorité d'électeurs de la région de Québec est réceptive au discours des conservateurs, qui ont misé sur les baisses de taxes et d'impôts.

« Visiblement, Québec, c'est une ville qui a une bonne concentration de conservateurs. On le vérifie autant au niveau provincial qu'au niveau fédéral. »

Selon lui, le résultat des élections ne relève d'aucun mystère, mais plutôt d'une volonté des électeurs de voter là où ils croyaient que se trouverait le pouvoir.

« Je maintiens qu'il n'y a pas vraiment de "mystère Québec" en tant que tel. C'est le propre des capitales de tenter de se retrouver du côté du pouvoir et cette fois, dans la région, on a probablement pensé que les conservateurs avaient une chance de s'y maintenir. »

Cinq députés conservateurs ont été réélus dans la région de Chaudière-Appalaches et que le même nombre a raflé, sur la Rive-Nord, les circonscriptions de Louis-Saint-Laurent, Portneuf-Jacques-Cartier, Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Beauport-Limoilou et Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d'Orléans-Charlevoix.

Plus d'articles

Commentaires