En ce jour national des déménagements, bon nombre de citoyens en profitent pour se départir d'un trop plein de meubles, vaisselle, jouets, décorations de Noël et autres objets incongrus dont ils n'ont plus besoin. Si dans un élan de générosité, vous songez à offrir au suivant, mieux vaut faire un premier tri avant de remettre le tout à un organisme de charité.

Un texte de Véronica Lê-Huu

« On reçoit vraiment de toutes sortes de choses, c’est assez surprenant, chaque sac, chaque boîte est comme une surprise, bonne ou mauvaise parfois », mentionne Geneviève Beaubien, coordonnatrice de l’organisme Entraide Agapé.

L’entreprise d’économie sociale de Beauport, qui offre de l’aide alimentaire et matérielle aux démunis, déborde ces jours-ci d’objets de toute sorte apportés par des citoyens généreux, quelquefois peut-être un peu trop.

Vêtements tachés, couverts de poils d’animaux, pantoufle trouée, objets avec des traces de moisissure, contenants de produits déjà entamés, certains dons offerts ne sont pas réutilisables et ne font qu’encombrer les centres de dépôt.

« Ici, on ne fait pas de réparation, pas non plus de lavage des vêtements. Il faut que les objets soient déjà en bon état », explicite Geneviève Beaubien.

Certains organismes acceptent des objets qui nécessitent des réparations, mais pas tous, mentionne Mme Beaubien. Il faudrait d’abord s’informer de la mission de l’organisme afin de savoir s’il est possible d’y laisser un meuble ou un appareil informatique qui aurait besoin d’un peu d’amour.

Bonnes pratiques

Sans vouloir freiner la générosité des citoyens, la coordonnatrice rappelle que certains gestes sont à privilégier pour s’assurer qu’un don pourra rejoindre son destinataire.

Pour les jeux de société et casse-têtes par exemple, mettre les pièces dans un sac fermé, sceller les boîtes pour éviter que le contenu s’éparpille dans la chute, et joindre une petite note s’il manque un morceau.

Les chaussures devraient aussi être attachées ensemble pour éviter d'astreindre les bénévoles à des recherches qui alourdissent le processus.

Pour les produits, vérifier les dates de péremption. « Si l’article n’est pas périmé, s’il est neuf, on va le réutiliser et du côté de la banque alimentaire, on peut les remettre aux gens qui en ont besoin », dit Mme Beaubien.

Avant d’offrir sièges d’auto, berceaux, vêtements de flottaison et casques de vélo, vérifier si ces items sont conformes aux normes et n’ont pas fait l’objet de rappel.

Les jouets défectueux, casseroles aux fonds calcinés, tubas et autres articles difficiles à laver devraient quant à eux être écartés dès le départ.

Plus d'articles