Retour

Quoi faire en cas d'exposition aux gaz lacrymogènes

Conseils à la population, avis de santé publique, accès aux soins de santé, protection contre les gaz lacrymogènes, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) met de l'avant un site Internet destiné à la population à l'approche du Sommet du G7.

Le site Sommet du G7 Mission santé population vise à outiller les citoyens quant aux différentes situations qui pourraient survenir durant le G7. Deux onglets touchent notamment les gaz lacrymogènes.

La Dre Isabelle Goupil-Sormany, du CIUSSS de la Capitale-Nationale, croit que les forces policières pourraient lancer des gaz pour éviter certains débordements lors des rassemblements prévus à Québec.

Si tel est le cas, des mesures peuvent être prises par les manifestants pour éviter d'être incommodés, mentionne la Dre. Ils doivent tenter de s’éloigner le plus rapidement possible de la source de l’irritant et ne pas se coucher au sol puisque le gaz descend.

« Les gaz lacrymogènes, c’est une odeur de poivre, une odeur assez forte, donc si on s’éloigne, on va au grand air, on devrait se sentir mieux », dit-elle.

Si des symptômes respiratoires ou autres persistent plus d’une heure après avoir quitté le site, les citoyens devraient consulter un urgentologue ou un ophtalmologue sans délai, conseille le CIUSSS.

Fermez vos fenêtres!

Les résidents qui habitent à proximité des sites de manifestations, au centre-ville de Québec par exemple, pourraient aussi être touchés par les gaz, souligne par ailleurs la Dre Goupil-Sormany.

Elle leur suggère de s’assurer de fermer leurs fenêtres avant de partir pour le travail.

« Fermez vos fenêtres, la ventilation, l’échangeur d’air, la climatisation. Il ne faut pas que ça [le gaz lacrymogène] rentre. »

Les gens qui auraient été exposés à l’extérieur devraient aussi retirer leurs vêtements souillés avant d’entrer de nouveau dans leur domicile pour éviter de répandre la poudre des gaz lacrymogènes qui pourrait incommoder notamment les jeunes enfants.

Advenant une contamination néanmoins, la poudre s’enlève bien à grande eau, mentionne Mme Goupil-Sormany.

Le Dr. Goupil-Sormany rappelle qu’en 2001 lors du Sommet des Amériques, beaucoup de logements du centre-ville de Québec avaient été contaminés.

Le Service de police de la Ville de Québec a toutefois mentionné la semaine dernière s'attendre à une dynamique différente de celle du Sommet des Amériques.

Des manifestations en marge du G7 à La Malbaie sont prévues à Québec jeudi, vendredi et samedi.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine