Retour

Raphaël Gagné veut renouer avec les 20 premiers au classement mondial

Après avoir connu ses meilleurs résultats en carrière en 2015 et 2016, Raphaël Gagné a connu une saison 2017 plus difficile. Le cycliste de Lac-Beauport souhaite maintenant resserrer l'écart avec le peloton de tête. Il tentera de le faire au sein d'une nouvelle équipe.

Un texte de Jean-Philippe Martin

« Mes meilleurs résultats à vie en coupe du monde, c’est une 6e, une 12e et une 14e place, rappelle l’athlète de 30 ans. J’étais loin de ça en 2017, mais j’aimerais m’en rapprocher cette saison. Peut-être revenir dans le top-30 ou top-20. Après ça, on verra. »

La première étape de la saison de coupe du monde a été difficile pour le Québécois.

L’athlète de Lac-Beauport a terminé au 66e rang, lors de la course de Stellenbosch, en Afrique du Sud. Mais pour lui, ce n’est pas une surprise ou une déception.

Cet hiver, Gagné a décidé d’économiser ses cartouches à l’entraînement pour être plus fort en deuxième moitié de saison.

« Je suis un peu en retard sur mon niveau de forme spécifique au vélo. Les saisons sont longues. Il faut prioriser, alors je vise [de bons résultats] en juillet, août et septembre, où sont les plus gros objectifs de la saison, comme le Championnat du monde. »

De nouvelles couleurs

Nouveauté, Raphaël Gagné est un membre cette année de la formation Silverback OMX, basée en Grande-Bretagne.

Il a signé un contrat de trois ans avec cette équipe, une entente qui le mènera jusqu’aux Jeux olympiques de 2020 à Tokyo.

Pour la première fois, l’équipe britannique fait une place pour un coureur nord-américain au sein de son alignement.

Une course à refaire?

Tout juste après la première coupe du monde de la saison, Raphaël Gagné s’est élancé dans la course par étape ABSA Cape Epic, déjà surnommée « le tour de France du vélo de montagne ».

En duo avec son coéquipier chez Silverback OMX, l’Allemand Martin Gluth, Gagné s’est attaqué au parcours de près de 658 km et 13 560 m de dénivelé, répartis sur huit jours.

Gluth est toutefois tombé malade et l’équipe a dû abandonner la course avant le début de la sixième journée de l’épreuve.

Parce qu’il se fait un devoir de compléter chaque course qu’il entreprend, Gagné a décidé de prendre le départ des deux dernières étapes, même si son temps n'était pas comptabilisé.

« Ç'a été très difficile. Je suis quand même très fier de l’avoir terminé, même si c’est décevant de ne pas avoir de résultat », explique Gagné, qui se classait avec son coéquipier au 16e rang, avant d'abdiquer.

Raphaël Gagné a lui aussi été frappé d’un virus au terme de la course.

Il se relancerait probablement dans l’aventure, mais cette fois, plus conscient des risques liés à une course aussi exigeante.

Raphaël Gagné s’envolera sous peu pour l’Europe où il prendra part aux deux prochaines étapes de la coupe du monde en Allemagne le 20 mai et en République tchèque le 27 mai.

Plus d'articles