Une centaine d'habitants de Boischatel en ont assez des excès de vitesse et des problèmes de circulation dans la rue Montmorency. La quasi-totalité des résidents du secteur a signé une pétition pour que cette artère soit munie de meilleurs aménagements.

Les citoyens se plaignent depuis plusieurs années du comportement des automobilistes. Deux animaux de compagnie ont été happés mortellement pas plus tard que la semaine dernière.

Normand Despins, résident de la rue Montmorency et instigateur de la pétition, craint que la prochaine victime soit un humain.

Championne des accidents

François Jacques craint de son côté pour la sécurité de ses quatre enfants. Il se targue de vivre dans une rue superbe, qu’il proclame toutefois championne des accidents.

« C’est une des plus belles rues. On entend la rivière (Montmorency). Mais les voitures passent à des vitesses tout simplement incroyables. C’est probablement la rue, que personne ne connaît, qui a le plus d’accidents », dénonce-t-il.

Il se remémore notamment un camion qui s’est retrouvé sur son terrain tout près de ses enfants, il y a quelques années.

Propositions

Les 98 signataires de la pétition proposent notamment au conseil municipal de transformer la rue en cul-de-sac, d'ajouter des dos d'âne ou encore d’aménager une seule voie à sens unique qui jouxterait une hypothétique piste cyclable. Ils n’ont cependant pas l’impression d’être écoutés.

Des actions ont pourtant été prises, estime le maire de Boischatel, Yves Germain. Des études de circulation et des consultations ont été réalisées.

« Transformer la rue en cul-de-sac ne ferait que déplacer la circulation sur la rue voisine. […] Et on s'en fait toujours demander des dos d'âne. Depuis que je suis là, si j'avais dit oui à tous les résidents qui ont demandé des dos d'âne dans leur rue, il y aurait au moins 15-20 rues de Boischatel avec des dos d'âne ».

Le maire propose plutôt la création d'un groupe de travail pour trouver des solutions permanentes aux problèmes observées sur cette rue, conçue à l’origine pour accéder à des chalets.

Panneaux de signalisation électroniques

D'ici là, les résidents devront se contenter des panneaux de signalisation électroniques pour faire ralentir les automobilistes.

« Deux afficheurs de vitesse ont été installés sur la rue Montmorency. Les statistiques le démontrent : pour au moins 95 % des véhicules, la vitesse qui est captée est en diminution jusqu'à ce qu'ils passent à la vitesse de l'afficheur. »

La fin des travaux dans la côte de l'Église en décembre devrait aussi diminuer un peu la circulation sur la rue Montmorency.

Avec les informations de Jonathan Lavoie-Lapointe

Plus d'articles

Commentaires